Menaces sur la Gay Pride de Kiev


Quelques dizaines de militants avaient défilé à Kiev en 2013: la seule pride autorisée à ce jour dans le pays.

Quelques dizaines de militants avaient défilé à Kiev en 2013: la seule pride autorisée à ce jour dans le pays.

Y aura-t-il une gay pride en 2015 dans la capitale ukrainienne? Le maire de Kiev, le libéral Vladimir Klitschko, a appelé les organisateurs à annuler leur Marche de l’égalité prévue ce samedi. «Aujourd’hui, alors que la guerre continue dans l’Est, la tenue d’événements publics aussi diversement appréciés dans la population n’est pas souhaitable», a-t-il fait savoir – allusion à la reprise des combats, cette semaine, près de Donetsk. En juillet 2014, il avait tenu le même langage pour interdire le défilé LGBT, rappelle le Global Post.

Dafna Rachok, porte-parole de Kyiv Pride a répliqué: «En temps de guerre, les droits humains sont bafoués avec une particulière sévérité, c’est pourquoi nous pensons qu’il est nécessaire de maintenir cette marche et d’attirer l’attention sur le problème.» Un soutien inattendu est parvenu aujourd’hui du président. Petro Porochenko a estimé qu’il n’y avait «aucune raison d’interférer avec cette Marche, puisqu’il s’agit du droit constitutionnel.»

LGBT PRIS POUR CIBLES

Les attaques et les provocations contre le mouvement LGBT ukrainien ont été nombreuses, ces dernières années. En 2013, l’extrême droite était même allée jusqu’à organiser une fausse Pride, recrutant des SDF pour les faire défiler sous des drapeaux arc-en-ciel. L’automne passé, un incendie criminel avait ravagé un cinéma où se déroulait un festival du film LGBT.

La position de la Municipalité fait suite à des menaces de Pravy Sektor, une influente milice d’extrême droite. Son leader, Dmytro Yarosh a accusé les organisateurs de la Pride de «cracher sur la tombe de ceux qui sont morts pour l’Ukraine et sur ceux qui défendent la patrie.» Cette figure des manifestations de Maïdan a accusé les pays occidentaux de profiter du conflit pour imposer leur «idéologie LGBT» sur Kiev.

Leave a comment