Cette nuit-là, j’aurais préféré rêver 1


Je suis enfant unique de parents divorcés. Ma vie familiale n’était pas enviable sinon du point de vue que ma mère était présente que pour moi seul. Dieu qu’elle m’aime et c’est réciproque. Pourtant, je n’ai jamais été capable de lui dire ce que j’ai sur le coeur: des souvenirs qui me hanteront toute ma vie, des images que je ne pensais jamais avoir à voir et revoir dans ma tête.

Pendant deux très longues années j’ai dû combattre les excès de testostéronne du fils de ma belle-mère (la nouvelle blonde de mon père). Bien qu’il ne soit pas beaucoup plus vieux que moi, son développement pubertaire a été beaucoup plus rapide que le mien et ses expériences sexuelles étaient beaucoup plus poussées que la majorité des jeunes de notre âge (à l’époque).

C’est ainsi que tout au long de ma puberté, j’ai dû me débattre contre ses tentatives de tripotages. J’ai dû accepté les conséquences de mes refus en me faisant traiter en fille durant l’absence de mon père et de sa mère. Jusqu’au jour où j’ai voulu que ça cesse, cette nuit-là, je me suis laissé faire.. Depuis la nuit du 26 décembre 1998, je me bats contre cette dualité en moi. Personne ne peut imaginer combien j’ai pu souffrir de cela.. Désirer partager ses émotions et son amour avec une fille mais vouloir un gars dans son lit.

J’ai longtemps refoulé au plus profond de moi ce que je pensais être une expérience totalement adolescente. Un jour, je suis allé voir un site Internet XXX. J’ai vu des hommes qui avaient l’air en harmonie avec ce qu’ils faisaient et j’ai bien vu à ce moment que mon expérience n’en était pas une. J’avais été victime d’un abus.

Bien qu’aucun professionnel de la santé (psychologue, travailleurs sociaux, etc.) n’a pas voulu voir l’abus qu’il y avait eu étant donné l’écart d’âge entre moi et mon demi-frère, j’ai réussi à briser le silence et en parler à mon père qui m’accompagne en secret avec ce fardeau jusqu’au jour où je déciderai à porter plainte. Il sera alors là pour m’épauler.

Pendant ce temps, je vis la dualité de mes désirs depuis 4 ans avec ma copine qui accepte bien le fait que nous n’ayons pas la meilleure vie sexuelle mais le plus solide amour qu’il puisse exister entre deux jeunes adultes. Je sais qu’elle aussi m’épaulera dans ces jours où je revivrai cette nuit-là, quand j’ai voulu dire NON.

 


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.


Leave a comment

One thought on “Cette nuit-là, j’aurais préféré rêver

  • Paméla

    On ne peut pas tous être gay sur ce site c’est bien évident ! C’est courageux d’avoir décidé de tout avouer à tes proches. Tes démarches ce passe bien? Parce qu’un abus du genre, c’est pas tolérable…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)