Article

C.R.A.Z.Y., un film émouvant et intelligent

C’est par un bel après-midi que je suis allé voir le film C.R.A.Z.Y. qui fut pour moi une révélation. D’une humanité désarmante, ce film plaira autant aux jeunes allosexuels qu’à leurs grands-parents chéris.
D’abord, pour ceux que ne l’on pas encore vu ou qui par hasard n’aurait jamais entendu parlé du film, résumons ici le scénario : le film raconte l’enfance, l’adolescence et le début de l’âge adulte de Zacharie, un jeune gai.
Dans le décor d’un bungalow des années 1960-70, nous voyons se dérouler sous nos yeux ses premières expériences, se relations avec ses trois frères ainés et son petit frère, sa mère, mais surtout son père.
De préféré, il perd rapidement ce titre lorsque son père le voit, enfant, revêtu des vêtements de sa mère. Et ce conflit perdurera jusqu’à ce qu’arrive un drame qui chamboulera toute la famille (je ne vous en dis pas plus…).

Un film qui en vaut la chandelle
Si vous n’avez pas encore eu la chance de voir film, ne perdez plus une minute et courrez vers le cinéma le plus près de chez vous qui le présente encore. C’est un film qui vaut vraiment la peine d’être vu sur grand écran.
Pourquoi ne pas attendre sa sortie en vidéo? Tout d’abord, les décors sont impeccables. On retrouve véritablement le style de nos maisons des époques couvertes par le film. Le quitch des couleurs de ces époques (les années 1960, 70 et début 80) nous aide à croire à ce portrait de famille des plus québécoises. L’on a véritablement l’impression de feuilleter l’album photo de nos parents.
Quand aux costumes, véritablement représentatifs de la mode de l’époque, ils aident à bien camper le caractère de chacun de personnages dont la personnalité s’exprime, entre autre, par le style vestimentaire. Porter un jugement sur leur beauté ne serait ici guère approprié : ce serait plus porter un jugement sur les goûts vestimentaires et sur une classe sociale d’une époque de notre Québec qui n’est pourtant pas si lointaine (historiquement parlant bien sûr).

Un jeu d’acteur de haut niveau
Que ce soit pour les rôles principaux ou de soutient, l’ensemble de la distribution nous livre la marchandise. Tous excellents, leur jeu est crédible, particulièrement pour les trois principaux, soit Marc-André Grondin (Zacharie), Michel Côté (le père) et Danielle Proulx (la mère).
Saluons aussi au passage la performance de Hélène Grégoire (connu pour son rôle de Ginette Laurin dans Watatatow) qui joue avec brio un personnage quelque peu lugubre et fort difficile à jouer. Même Alex Gravel, qui ne m’avait jamais épaté auparavant, joue sont personnage d’Antoine avec brio.

Le bémol du film
Le seul bémol que je puisse réellement reprocher au film est que le scénario donne une certaine place à la sexualité hétérosexuelle du personnage, la simulant (la blonde de Zach lui fait un pipe dans une scène), sans mettre la sexualité homosexuelle, laquelle est en fait évoquée sans être montrée).
Naturellement, il y a des séquences qui montrent un certain homoérotisme (les shot gun et la scène ou on voit Marc-André Grondin en sous-vêtement et en gros plan de dos), mais il reste une inégalité de traitement.
Loin de moi l’idée de faire l’apologie de la sexualité au cinéma, je veux juste que la sexualité soit traitée de la même façon dans un film. Que se soit du sexe gai ou hétérosexuel, le sexe reste du sexe.
Si des séries américaines comme Six feet under ont eu ce courage, je ne vois pas pourquoi notre cinéma ne l’aurait pas. Mais il est clair que cette inégalité de traitement est beaucoup moins dommageable au film que ce ne fut le cas pour Mambo Italiano. Au moins C.R.A.Z.Y. ne perd pas de crédibilité étant donné que le film est centré sur la relation père-fils et non sur la vie amoureuse du personnage.

J’y donnerai donc la côte très méritée de 4.5 maïs soufflés sur 5.

C.R.A.Z.Y.
Un film de Jean-Marc Vallée mettant en vedette Michel Côté, Marc-André Grondin, Danielle Proulx, Pierre-Luc Brillant, Émile Vallée, Mariloup Wolfe, Jean-Louis Roux, Francis Ducharme, Sébastien Blouin, Alex Gravel, Hélène Grégoire, Johanne Lebrun, Maxime Tremblay, Jean-Marc Vallée.

Pays : Québec
Classement : 13 ans et +
Genre : Drame
Duré : 2h07

Pour plus d’information sur les horaires en salle voir le www.cinemamontreal.com (pour Montréal, Montérégie, Laval et la Rive-Nord) ou vos journaux locaux.

2 Commentaires Laissez votre commentaire

  1. Marilyn Huppé-Gagné #

    Je veux revoir Marc-André Grondin dans d’autres films il est trop chou avec ses cheveux (quand ils sont descendu) pis il a trop des belles fesses YaHoou!j’aime trop cet acteur!!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  2. Gina #

    Bonjour , jais vue le films crazy et jais vraiment aimer , il faut aller voir ca absulement , moi ca fait dejas 3 fois et touts ques qui ce passe dans le films est bon surtout la musique , je vous le conseille 10 sur 10 Gina

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Laissez un commentaire

Les utilisateurs doivent être enregistrés et connectés pour commenter.
Connectez vous pour laisser un commentaire
Share to Facebook Share to Twitter Share to MySpace Stumble It Share to Reddit Share to Delicious More...