Article

Au-delà du gaydar…

Dans notre article « Le Gaydar, une légende urbaine », nous avons démystifié le concept du gaydar : sa définition, son fonctionnement et des trucs pour le perfectionner. Or, que se passe-t-il si votre gaydar est déficient, surtout face à l’objet de votre attirance et pourquoi pas, le coup de foudre? Comment faire pour approcher quelqu’un qui vous intéresse quand la gêne s’empare de vous? Utilisez-vous des phrases-contact qui donnent des résultats? Voilà des questions qui posent bien des défis à plusieurs d’entre nous.

Quand le gaydar fait défaut
Je vous l’avoue, je pense être une personne possédant un gaydar assez bien aiguisé. Voilà quelques années déjà que j’ai fait ma sortie officielle à mon entourage et que je côtoie fréquemment plusieurs personnes allosexuelles dans le cadre de mon travail ou de mes loisirs.

Bien que ma capacité à détecter les personnes homosexuelles autour de moi s’est raffinée avec les années, une chose reste incompréhensible : face à l’attirance, quelque chose vient tout bousiller mon détecteur…!

Un premier exemple
Vous êtes au gym, couché sur un tapis, bien concentré à faire vos redressements assis, au rythme de la musique danse de votre iPod. Soudain, vous remarquez la présence d’une personne qui s’affaire au même exercice que vous.

Jusqu’à là, tout va bien. Vous complétez votre série et détournez la tête tranquillement. Malheur! La personne à côté de vous s’avère être un jeune homme des plus séduisants avec des atouts physiques difficiles à ignorer.

Que faire? Si vous êtes comme moi : vous rengainez votre regard timide et continuez vos exercices. Immédiatement, la question vous surgit à l’esprit : est-il gai? Pourquoi m’a-t-il souri comme ça? Là, votre gaydar cesse de fonctionner.

La cause? Votre attirance pour ce mec! Attirance qui peut causer le brouillage des ondes de son gaydar. C’est que devant cet individu, vous ne vous sentez plus invisible, au contraire de tous les autres. Un rapide regard soutenu, accompagné d’un petit sourire presque imperceptible vient tout troubler.

Vous reprenez vos esprits et tentez un deuxième regard. Votre homme ne se détourne pas, pas moyen d’échanger un regard. Zut! À première vue, votre nouvelle cible a tout d’un hétéro comme on peut l’entendre: petite barbe mal rasée, habillement sportif, aucun signe gai flagrant apparent. Mais peut-on se fier à ces signes : aucunement. Vous gardez donc cet espoir absurde. Vous vous redressez, tentez un dernier regard. Il vous regarde, vous sourit. « Wow, quel charmeur! », pensez-vous. Et vous retournez le sourire maladroitement et vous quittez avant de rougir.

À ce moment s’installe alors le doute : « Et s’il était gai? Pourquoi un hétéro m’aurait-il sourit ainsi? » Vient ensuite la période d’hésitation : dois-je l’approcher? Comment lui dévoiler mon intérêt ou du moins ma « gaieté » sans craindre de perdre la face s’il est hétéro? Vous ne trouvez pas les mots, alors vous retournez chez vous, déçu de n’avoir pas pu percer le mystère, mais surtout de ne pas avoir su maîtriser la situation.

Le premier contact
Comment faire pour approcher la personne qui vous intéresse? Toute une question à laquelle je n’ai malheureusement pas de réponse. Parce que même si votre gaydar s’avère être correct, faire le premier contact reste un défi pour plusieurs d’entre nous.

Voici un deuxième exemple. Vous êtes dans une église où vous assistez à un concert bénéfice avec un de vos amis gais. Tout se passe bien, vous avez du plaisir et vous vous sentez enfin décontracté après une grosse journée au travail ou à l’école.

Soudainement, une minute avant le début du concert, un charmant jeune homme arrive à la dernière minute et s’assoit suffisamment près de vous pour pouvoir en admirer ses attraits physiques. Encore une fois, c’est un charmeur, il a tout pour vous faire craquer. Est-il gai? « Sûrement pas » vous vous dites. Puis son regard se jette sur vous, il vous sourit. La sonnerie interne de votre gaydar se fait entendre dans votre tête. Il n’y a plus de doutes, il est gai. En plus, il semble être intéressé à vous.

Une chose de réglée, pensez-vous? Pas du tout! C’est que le plus difficile s’en vient : le premier contact. Que dire? « Salut, je suis Marc-Olivier, t’as aimé le concert? » Ça paraît si facile par écrit, mais si vous êtes un peu comme moi, tout devient confus et vous devenez victime du syndrome de la page blanche verbale. Tout ce qui vous vient en tête vous semble stupide. Vous ne trouvez pas les mots. Vous priez qu’il fasse les premiers pas. Malheureusement, votre vie n’est pas comme dans une comédie romantique.

Pendant le concert, vous échangez quelques regards ici et là, vous échangez des sourires, vous rougissez un peu, et ce, en toute discrétion. Le concert est terminé, vous vous dites « OK c’est maintenant ou jamais.» Vous vous dirigez vers la personne, avec le regard d’encouragement de votre ami. Plus vous avancez, plus vous doutez de vous. Mais vous finissez par faire demi-tour et c’est la catastrophe une fois de plus.

Les phrases-contact à retenir
Dans de telles situations, je suis toujours à la recherche de LA phrase contact idéale qui en anglais, est appelée la «pick-up line. » Mais si on souhaite éviter les phrases stéréotypées, les clichés entendus mille et une fois, trouver un mot intelligent qui vous fera honneur, quoi dire?

Un de mes amis a été la cible d’une phrase-contact qui a eu l’effet désiré. Dans le métro, il était assis tranquillement et lisait, lorsqu’un jeune homme s’est assis à ses côtés. Ce dernier lui a dit : « Ah, le nouveau Fugues est sorti! » Mon ami s’est retourné pour lui dire qu’effectivement il lisait la plus récente édition. C’est à ce moment-là qu’il s’est aperçu qu’il s’adressait à toute une pièce d’homme! Le premier contact étant déjà fait, il a suffit de poursuivre la conversation. Pas mal, non? Mais encore faut-il avoir une copie du Fugues sur soi ou bien espérer que notre prochain coup de foudre soit occupé à le lire. Pas faci
le!

Et vous, avez-vous une phrase-contact de bon goût que vous aimeriez partager avec la gang d’AlterHéros? En attendant, je vais continuer à espérer de trouver les bons mots si jamais mon jeune hétéro du gym refait surface ou si je recroise le mec du concert, lisant le Fugues! Bonne visite!

1 commentaire Laissez votre commentaire

  1. Bonsoir,

    En fait, avec un retard de 6 ans et quelques mois je vais laisser un petit commentaire sur cet article.

    À chaque fois que j’essaye d’aborder un fille à la fac ou le boulot, elle tombe sous mon charme. Alors que moi je ne suis pas du tout conscient que je flirte. J’ai toujours la « phrase-contact » ou mon entrée en matière avec les fille. Mais mais, lorsqu’il s’agit de mec, le grand doute s’installe. Devant tout beau mec, je me sens insignifiant, incapable même de le regarder. Et là, ma cible, mon objet de prédilection s’en va sans pouvoir le faire soumettre à mon gaydar.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Laissez un commentaire

Les utilisateurs doivent être enregistrés et connectés pour commenter.
Connectez vous pour laisser un commentaire
Share to Facebook Share to Twitter Share to MySpace Stumble It Share to Reddit Share to Delicious More...