Les homosexuels plus positifs sont en meilleure santé


Selon une étude de l’Université du Minnesota, le degré de négativité envers l’homosexualité emmène, pour l’homme gay, un piètre état de santé sexuelle et mentale.

442 hommes gays et bisexuels du Centre-Ouest ont complété un sondage à propos de leur orientation sexuelle, de leur perception – positive ou négative – envers l’homosexualité et ont répondu à plusieurs questions sur leur santé mentale et sexuelle.

Dans tous les cas, un déni de leur homosexualité laisse envisager une santé mentale à risque (augmentant particulièrement la dépression) et plus encore une mauvaise santé sexuelle, chez les répondants.

Une attitude et une perception de soi plus négative s’associe à une santé plus faible.

Les chercheurs disent que l’étude permet de savoir si oui ou non le fait d’être homosexuel est sain.

Le Dr. Simon Rosser, Ph.D. dit que “cette étude est le chaînon manquant pour notre compréhension de la relation entre sexualité et santé. Cela donne de nouvelles preuves que c’est une attitude et une perception négative des homosexuels, et non pas l’homosexualité en elle-même, qui est associée à un état de santé mentale et sexuelle déplorable observée chez les minorités sexuelles.

Un débat de longue date
Depuis plus de 150 ans, les érudits et les éducateurs ont débattu pour savoir si l’homosexualité est un désordre objectif ou si ce sont les préjugés de la société, et non l’homosexualité en elle-même, qui emmène des taux élevés de dépression, d’usage de drogue et d’épidémies de MST et de SIDA constatées dans les études sur les hommes gays. Pour le Dr. Rosser, "cette étude a testé les deux théories".

"Étant donné les discussions dans diverses confessions religieuses et dans la société au sujet des homosexuels et des droits civils, cette étude vient fort à propos. En particulier en ce qui concerne les vieilles recommandations faites aux hommes gays de se battre, de renier et de minimiser leur homosexualité, ce qui ne fait qu’ augmenter la dépression et l’isolation, et nuit à un bon état de santé sexuelle.

En résumé, considérer l’homosexualité comme un désordre n’est pas seulement inapproprié mais peut aussi être destructeur.


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.

Leave a comment