La différence homosexuelle 1


L’homosexualité est-elle innée ou acquise? De récents travaux menés en Suède semblent pencher pour la première hypothèse.

Des chercheurs de l’Institut Karolinska affirment que les cerveaux de personnes homosexuelles sont similaires à ceux des hétérosexuels du sexe opposé.

L’équipe suédoise en vient à cette conclusion après avoir analysé le cerveau de 90 hommes et femmes (50 hétérosexuels et 40 homosexuels) à l’aide d’examens d’imagerie par résonance magnétique et de tomographies par émission de positrons.

Ainsi, le cerveau des homosexuels ressemble à celui des femmes hétérosexuelles, alors que le cerveau des lesbiennes présente des similitudes avec celui des hommes hétérosexuels.

Deux paramètres distincts qui ne peuvent pas être affectés par le comportement, ou par des schémas appris, ont été considérés lors de l’analyse.

Photo: Institut Karolinska
Les tâches rouges et jaunes indiquent les zones où l’amygdale est le plus active. Les cerveaux du haut sont ceux d’hétérosexuels et d’homosexuelles; ceux du bas, des hétérosexuelles et des homosexuels.

Les résultats montrent que l’hémisphère droit du cerveau des homosexuels est plus gros chez les hommes hétérosexuels et chez les femmes homosexuelles, alors que les deux hémisphères du cerveau sont symétriques chez les hommes homosexuels et les femmes hétérosexuelles.

En outre, les analyses montrent que l’amygdale située dans le cerveau (structure cérébrale essentielle au décodage des émotions) des hommes homosexuels et des femmes hétérosexuelles présente des similitudes dans les connexions avec d’autres parties du cerveau.

Les auteurs de l’étude estiment que ces différences ne peuvent être expliquées par l’apprentissage. Elles pourraient aussi être influencées par d’autres facteurs pour se mettre en branle, avant ou après la naissance.

Pour le Dr Qazi Rahman, spécialiste de biologie cognitive à l’Université de Londres, ces différences cérébrales se créent tôt dans le développement foetal.

"Quant à moi, il n’existe plus aucun doute: si vous êtes gai, vous êtes né gai." – Dr Qazi Rahman

Ce spécialiste explique que les amygdales ont un rôle central lorsque vient le temps de déterminer l’orientation ou la direction de la réponse cérébrale à la suite d’un stimulus émotionnel.

Les chercheurs affirment qu’ils entreprendront des recherches plus poussées afin d’améliorer la compréhension de la neurobiologie chez les homosexuels.

Les résultats complets sont publiés dans le journal PNAS.

Radio-Canada.ca avec Agence France Presse, PNAS et BBC


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.


Leave a comment

One thought on “La différence homosexuelle

  • Paradox

    Bonjour
    Je suis Paradox (ou éric si vous préférez).
    Je viens juste de découvrir votre site.
    Moi je voudrais bien servir de « cobaye » pour voir ce qu’il y a dans mon cerveau.

    En effet, je vis en couple avec un garçon depuis 7 ans et demi. Dans le bonheur total et la fidèlité absolue.

    Mais… un prolème est là actiuellemnent !!

    J’ai toujours été croyant (avec une petite foie comme une flamme d’allumette). Mais quand même, je me repose bcp bcp sur Dieu.

    Cependant, de fil en aiguille, alors que je n’avais aucun pbl entre religion et homosexualité, à 41 ans, (je vous passe les raisons), je me suis mis à rechercher avec force si homosexualité et Dieu pouvaient aller de pair !!

    Franchement je suis allé voir de tous les côtés. Evangéliques purs et durs, cathos super cools, et bouquins qui décortiquent la Bible en long, large et en travers !!
    Et je trouvent que ceux qui décortiquent la Bible pour finalement dire que l’homosexualité est un péché sont plus crédibles ds le sens ou ils apportent de vrais arguments. Pour les autres, j’ai juste l’impression qu’ils essaient de justifier l’homosexualité comme ils peuvent. Or je ne peux pas me contenter de cela !! c’est trop léger.

    Du coup, j’aimerai, a defaut d’avoir des études bibliques qui « légitiment » l’homosexualité, des études scientifiques tres tres sérieuses et tres tres poussées pour voir si c’est inné ou pas.

    Et ainsi je pourrai faire un choix en tte connaissance de cause (je ne sais pas si je suis clair !!).

    Bref, en attendant, je suis tjs en couple, mais c’est super difficile pour mon ami qui n’aurait jamais pensé que je puisse avoir cette crise mystique (et ni moi non plus d’ailleurs).

    Salutations.

    P.S Et puis indépendemment du reveil de ma conscience religieuse, toutes ces recherches m’interressent énormément et je redis que je veux bien servir de « cobaye ». Bon ok je suis en France et ya tellement de gays au Canada que vous n’avez pas besoin de moi lolll