Article

En finir avec l’homophobie à l’école

Que pensez-vous des familles homoparentales? Des parents homosexuels qui élèvent des enfants? C’est bon, pas bon? C’est le moment de vider votre sac …

«J’ai connu un gars avec deux mères au secondaire, il se faisait tellement écoeurer.» «Est-ce que ces enfants-là vont être homosexuels?» «Sans père, est-ce que ces enfants sont élevés de manière normale?» «Ce que ça prend, c’est des parents avec une relation stable, hétéros ou homos». «Oui mais est-ce que les homosexuels ont des relations stables? C’est pas ce qu’on entend…»

Nous sommes un vendredi matin, dans un cours de sociologie, école et société, offert aux étudiants du bac en éducation, à l’UQAM. Au programme: une toute nouvelle formation, financée par le ministère de l’Éducation, développée et offerte par la Coalition des familles homoparentales: Regard sur les familles homoparentales.

Dans la salle de classe: une quarantaine d’élèves, surtout des filles, une poignée de garçons, tous inscrits en enseignement au primaire ou au secondaire. Les profs de demain, quoi.

D’après les chiffres du recensement de 2006 de Statistique Canada, plus de 4000 couples de même sexe vivent avec des enfants au pays. Au Québec, on estime que plusieurs milliers d’enfants vivent dans des familles homoparentales. Un enfant par école, environ. Ce chiffre ne peut être appelé qu’à augmenter avec les années. Depuis 2002, la loi permet aux couples de même sexe d’adopter. D’ou l’intérêt d’une telle formation, qui vise à briser une foule de tabous, visiblement persistants.

«L’idée, c’est d’ouvrir la réalité enseignante à toute cette diversité, explique Hélène Belley, l’enseignante, qui a eu l’idée d’inviter la Coalition dans le cadre de son cours. L’école n’est pas isolée. Elle est inscrite dans une société plurielle, dit-elle. Un enseignant qui laisserait passer des commentaires homophobes, par exemple, je pense que malheureusement, ce serait un enseignant qui raterait son coup.»

D’abord, la théorie: pendant toute la première moitié du cours, les formateurs se sont efforcés, études scientifiques à l’appui, de déboulonner une foule de mythes. Qu’on se le dise, ce n’est pas l’orientation sexuelle qui fait, ou non, un bon parent.Source: Coalition des familles homoparentales

Maintenant, la pratique: comment ces mythes empoisonnent-ils la vie des enfants? Insidieusement, par une foule de petits commentaires, en apparence anodins, qui sévissent allégrement dans les cours d’école. Ces «fifs», «moumounes», et autres «lesbutch» peuvent être dévastateurs pour ces enfants qui ont des parents «différents», qui, du coup, associent leur modèle familial à quelque chose d’anormal, de maladif, et, surtout, de risible, ont fait valoir les formateurs.

Résultat, plusieurs vivent leur réalité familiale en secret, refusent d’inviter des amis à la maison, ou vont même jusqu’à demander à leurs parents de modifier leurs comportements.

Pour en finir avec cette discrimination – car c’en est une, ont insisté les formateurs- , quelques pistes pratiques. En gros, il s’agit clairement de passer le message: ces commentaires ne sont pas acceptables, les amis. Point barre.

Et visiblement, les futurs enseignants semblent avoir saisi. «Finalement, ce n’est pas plus acceptable que n’importe quelle autre discrimination», a commenté une élève. «Même si comme citoyen, on a des préjugés, en tant qu’enseignants, il va falloir mettre ça de côté pour aller vers ce qu’il y a de mieux pour l’enfant», a conclu une autre.

La formation

La formation a été développée par la Coalition des familles homoparentales, approuvée par des chercheurs des universités McGill et UQAM, et financée par le ministère de l’Éducation, à raison d’une subvention de 80 000$. Elle comprend un cours, et surtout une trousse, avec témoignages vidéo, dépliants, et cahiers d’activités, à faire en classe avec les élèves. Offerte gratuitement à tous les intervenants qui travaillent de près ou de loin avec les enfants, à Montréal comme à Québec. Jusqu’à maintenant, ce sont surtout les universités, les cégeps et les syndicats qui se sont montrés intéressés. Seules trois écoles ont à ce jour reçu la formation.
 

Laissez un commentaire

Les utilisateurs doivent être enregistrés et connectés pour commenter.
Connectez vous pour laisser un commentaire
Share to Facebook Share to Twitter Share to MySpace Stumble It Share to Reddit Share to Delicious More...