Ma femme me sodomise et j’aime ça, pourquoi ?


Bonjour Moh,

Merci de faire confiance à AlterHéros. Je vois que vous vous demandez pour quelle(s) raison(s) vous aimez pratiquer la sodomie (pénétration anale par un pénis ou des doigts ou un objet) et l'anilinctus (baisers près de l'anus).

D'abord, le coït anal est une pratique qui est habituellement associée aux relations sexuelles entre hommes. Toutefois, cette généralité ou ce cliché s'avère relativement faux. Un nombre considérable de personnes d'orientation hétérosexuelle aime les stimulations au niveau de l'anus et donc, s'y adonne lors des rapports sexuels. En outre, il apparaît que ce type de pratiques sexuelles ne va pas automatiquement de pair avec l'homosexualité.

Ensuite, il peut arriver qu'au cours de notre vie, certaines pratiques sexuelles nous apparaissent comme étant attirantes ou non et que, pour une raison ou une autre, nous faisons la découverte de nouvelles pratiques tout en y prenant goût. La pénétration anale fait souvent partie de ces découvertes sexuelles et survient fréquemment dans l'intention d'essayer de nouveaux jeux érotiques afin d'obtenir du plaisir dans un contexte différent. Ainsi, bien que nous avons généralement des intérêts sexuels ciblés faisant partie d'un éventail précis de pratiques, il n'est pas rare d'agrandir cet éventail en expérimentant des actes érotiques inexplorés.

Finalement, la surface de l'anus et le canal anal sont des parties du corps sensibles au toucher. Ces parties peuvent donc procurer un certain plaisir sexuel parfois semblable à celui obtenu avec les organes génitaux. En effet, l'homme possède, à quelques centimètres de l'entrée de cet orifice (près de la glande prostatique), une zone très réceptive et cette zone, lorsque fortement stimulée, innerve les récepteurs sensoriels. Cette innervation instigue par la suite un plaisir sexuel pouvant aller jusqu'à l'orgasme. De ce fait, plusieurs hommes (toute orientation sexuelle confondue) adoreront ce genre de sensation et feront de la stimulation/pénétration anale une habitude sexuelle courante.

Plusieurs hommes peuvent ressentir une gêne ou une honte face à ces stimulations, particulièrement dans un contexte culturel ou elles sont vues négativement. Cependant, encore une fois, il faut se rappeler que cette zone du corps est érogène, donc une zone de plaisir. Ce ne sont que des tabous culturels, des codes qui nous ont été imposés, et qui n’ont parfois pas vraiment de logique.

N'hésitez pas à nous réécrire si vous en ressentez le besoin à nouveau.

Hélène

AlterHéros


About Hélène Carrier

Hélène a complété des études collégiales en sciences humaines avec le profil intervention, des études au baccalauréat en sexologie et des études à la maîtrise en sexologie avec mémoire profil recherche et intervention. Elle a été assistante de recherche durant cinq années consécutives pour le département de sexologie de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) en plus de réaliser des contrats comme auxiliaire d'enseignement. Durant quelques années, elle a également accompagné un adolescent ayant un trouble du spectre de l'autisme (TSA). Durant son baccalauréat elle a complété un stage d’une durée de 8 mois dans un maison d’aide et d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale et familiale.

Je suis fière et heureuse de contribuer à l’épanouissement des personnes au niveau de leur orientation sexuelle, leur identité et leur sexualité. Je considère qu’il est important et essentiel de venir en aide à ceux qui se questionnent, à ceux qui se sentent égarés et à ceux qui éprouvent de l’incompréhension ou de la solitude en raison de leur problématique. Je suis persuadée que, malgré mon implication à distance, je peux prodiguer à des gens dans le besoin des outils utiles à la compréhension et à la résolution éventuelle de divers problèmes personnels.

Leave a comment