Lesbienne: être fière ?


J’avais 13 ans quand j’ai dit pour la première fois à une personne que j’était lesbienne. Je le croyais, en tout cas. Je réalisais que toute ma vie, j’avais regardé des filles. De ma première année à mon secondaire 2. Alors j’ai décidé que je devais le dire à ma mère. c’est ce que j’ai fait, quand j’en ai parlé pour la première fois. Elle ne me croyais pas vraiment, comme on peut s’y attendre. J’étais jeune. J’ai eu ma première blonde à 15 ans. Une relation à distance avec une fille qui me ressemblait beaucoup trop. Je l’ai laissée, trois mois plus tard. Puis, j’ai réfléchi. Et si je n’étais pas qu’aux filles? Était-ce possible que j’aime également les hommes?

Trois mois après ma rupture, j’ai commencé à sortir avec mon meilleur ami, avec qui je suis encore. Alors oui, je suis bisexuelle. Le truc, c’est que j’ai l’impression que le corps d’une fille me manque. La sensation d’être collé sur une autre fille, elle est différence de celle d’être collé sur un homme. c’est très différent. Je ne veux pas sortir avec une fille, j’ai envie de me collé sur une fille. J’ai toujours prétendu que j’étais plus aux femmes qu’aux hommes. Je crois que c’est faux. J’ai tellement voulu attirer l’attention et être différente… c’est ma raison d’être, la différence.

La confiance que je n’ai pas en moi-même ne m’aide certainement pas. Ma vie devient un calvaire depuis la séparation de mes parents en plus. L’humain est étrange à vouloir absolument être heureux. Avec cette recherche absolue du bonheur durant toute leur vie… Et si être différente était ma seule source de bonheur?

J’ai envie que les gens me regardent tenir ma main d’une femme et qu’ils puissent lire dans mes yeux la fierté.


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.

Leave a comment