Je suis amoureux d’un collègue et ça affecte mon quotidien au travail


Bonsoir,
Je suis amoureux de mon collègue. Je sais que la question a déjà été posée. Mais je suis vraiment fou de lui. Ça fait 2 mois que je bosse pour cette compagnie et dès le premier jour que je l’ai vu, j’ai fondu. Au début, je l’évitais; je parlais avec quasi tout le monde dans son département et lui, je le saluais juste brièvement en passant. Maintenant, je passe un peu plus de temps avec lui. En fait, je m’arrange à boucler mon travail rapidement pour aider dans son département. 90% du temps c’est avec lui que je bosse et quelques fois avec les autres pour que ce ne soit pas trop flagrant. Je pense qu’ il doit être hétéro car il me parle sans cesse de femmes et ça me rend nerveux à chaque fois.
Je ne sais quoi faire. Je pense à lui tout le temps. C’est la 1ere fois que je tombe encore amoureux depuis plus de 5 ans car j’avais du mal à accepter mon homosexualité. J’ai du mal à converser avec lui car on est en zone anglophone et je ne suis pas 100% bilingue.
Help please!!!
Dan

 

Bonjour Dan,

Merci de nous faire confiance en nous écrivant. Tu nous décris une situation difficile pour toi. Tu est follement amoureux d’un collègue de travail au point où ta routine quotidienne là-bas tourne autour de lui. Or, il apparait, selon ce que tu me dis, que cet homme est hétérosexuel ou bisexuel car il parle ouvertement de son attirance pour les femmes. En plus, il y a un gros problème de communication car vous ne parlez pas la même langue.

Cette situation doit être assez pénible pour toi pour que tu prennes le temps de nous écrire. C’est une situation que tout le monde vit à un moment donné: tomber amoureux, vivre dans l’incertitude, faire un tas de bêtises pour se rapprocher de la personne, se trouver un peu pathétique à travers tout ça… Bref, voir sa vie chamboulée par un coup de foudre! Seulement, pour les personnes homosexuelles, ce genre de situation est souvent encore plus déstabilisante car on sait que les probabilités de réussite sont moindres. Bref, je comprends entièrement ton désarroi. Tu ne me poses pas de question en tant que telle. Je peux quand même me tenter à te partager quelques réflexions, mais sache qu’ici ce que je dis est purement subjectif et limité par le peu d’informations que j’ai sur la situation. Tout ce que je propose est donc à prendre avec un gain de sel.

Ce que je perçois, c’est que tu accordes beaucoup d’attention et d’énergie à une relation qui risque très bien de ne pas aboutir où tu espères, puisque cet homme semble principalement ou exclusivement attiré par les femmes. Et même s’il es bi, qui sait si tu es son genre d’homme? Plus tu t’investis dans cette relation floue, plus l’amertume risque d’être grande si ça ne marche pas. Alors, le mieux serait peut-être de mettre immédiatement les choses au clair avec lui. Mais es-tu prêt à savoir vraiment ce qu’il pense? Souvent, on préfère rester dans un flou malsain que de faire face à la musique. Ce qui est inquiétant dans ta lettre, c’est que le flou actuel semble avoir un sérieux impact sur ta concentration au travail. Si en plus tu te mets à bâcler ton propre travail pour aider son département, tu risque de créer deux problématiques. De un, détériorer tes relations de travail avec ton propre département. De deux, créer une situation où, conscients de ce qui se passe, les gens du département de ton collègue abusent de ta présence pour te refiler leur travail et diminuer leur propre régime.

Bref, peut-être serait-il sage pour toi de commencer à élaborer un plan d’attaque qui te permettra d’avoir le coeur net à propos de toute cette histoire. Peu importe ce que tu choisis de faire, essaie de procéder en dehors du travail, par exemple en l’invitant à prendre une bière. Le but est bien entendu de minimiser les risques pour ton avenir professionnel. Il y a des méthodes directes, comme lui mentionner ton homosexualité et voir sa réaction ou tout simplement lui demander quel est le genre de personne qui lui plaît. Il y a aussi des méthodes moins directes, comme par exemple faire exprès de l’ignorer pour voir comment il réagit, t’informer auprès de connaissances communes, ou même te mettre « ami » avec lui sur Facebook et regarder ses infos. Bref, la drague 101, avec comme seul hic que tu dois être prêt à une éventualité qui ne te plaira pas.

Quant au mur de la langue, il est difficile à traverser mais tu peux prendre tous ces événements comme un défi de t’inscrire à un cours ou de tout simplement écouter en rafale des films en anglais pour t’améliorer. Même si cette histoire n’aboutit pas, elle aura eu de comme effet positif de te rendre bilingue! Je sais, je sonne probablement très rabat-joie dans ma réponse. Ne crois pas que mon but soit de te décourager. Qui sait, peut-être a-t-il des sentiments pour toi et qu’il n’attend que tu ouvre la porte. Cette possibilité en elle même n’est-elle pas raison suffisante de prendre ton courage à deux mains et de clarifier tout ça? Je te laisse y réfléchir.

N’hésite pas à nous réécrire au besoin!


About Élyse Vander

Élyse est enseignante au secondaire depuis 2005, ce qui l’a amené à développer sa capacité d’intervention auprès des jeunes. De plus, elle a une expertise dans le domaine de la transsexualité, ayant œuvré dans le milieu dans divers organismes depuis 2007.

Mon implication à AlterHéros me donne confiance que dans les prochaines années, les jeunes pourront de plus en plus assumer et vivre harmonieusement leur homosexualité, bisexualité ou transsexualité, particulièrement à l’école secondaire.

Leave a comment