Je suis confuse face aux agissements d’une fille avec qui j’ai eu des rapports sexuels.


Bonjour,
J ai été violée par une fille quand j étais enfant.Depuis ce jour, mes désirs sont diversifiés.Quelques années plus tard,j ai rencontré une fiy au collège et on a fait l amour une fois chez moi.Elle dit ne pas être lesbienne, pourtant elle fait l amour avec moi.On s est disputé plusieurs fois concernant et elle affirme que c est pour me faire plaisir qu’elle le fait. ça m’a beaucoup attristé et un jour elle a dit kel voulait k on fasse l amour , je lui ai dit que non car la dernière fois elle prétendait c pour me plaire.Moi je suis bisexuelle, et quand j agis avec elle comme deux filles amoureuses ,elle est gênée. quand je suis distante, elle se plaigne. Je suis confuse, Qu’est ce que je dois faire?
– Badass

Bonjour Badass et merci de faire confiance à AlterHéros.

Âgée de 19 ans, tu t’identifies comme femme bisexuelle et tu es confuse face aux comportements d’une fille que tu fréquentes. Tu te demandes comment agir face à ses réactions qui te semblent contradictoires : elle a fait l’amour avec toi, a voulu répéter l’expérience, se plaint lorsque tu es distante, mais est gênée de recevoir des marques d’affection en public et ne se dit pas homosexuelle. Que faire ?

Même si cette fille a eu des rapports sexuels avec toi, cela ne veut pas nécessairement dire qu’elle s’identifie comme femme lesbienne. L’orientation sexuelle, c’est une chose complexe qui englobe beaucoup d’éléments. Les raisons qui nous amènent à avoir des relations sexuelles avec d’autres personnes aussi, peuvent être diverses.

Je crois qu’il est important que tu respectes ses limites et ce qu’elle te dit, même si cela implique que, parfois, cela te rend triste. C’est normal que tu te sentes blessée par ses propos. Toutefois, le consentement, c’est très important, et il faut le respecter. Il est possible que ton amie ne soit pas tout à fait à l’aise avec la situation pour toutes sortes de raisons et que sa propre confusion l’amène à t’envoyer ces signaux paradoxaux. Vous êtes situées en Haïti, c’est bien cela ? Je crois pouvoir avancer sans trop me tromper qu’il n’est pas facile, voire risqué, pour la communauté LGBT haïtienne, de s’afficher ouvertement, n’est-ce pas ? C’est très malheureux. Peut-être que cette situation a un certain impact sur ton amie… Peut-être pas aussi. Ce ne sont que des hypothèses. Pour en savoir davantage, il faudrait lui en parler.

Peut-être pourriez-vous tenter de discuter franchement pour essayer de comprendre quels sont vos besoins respectifs et clarifier ce que vous attendez l’une de l’autre, de la relation ? Quels sentiments avez-vous l’une pour l’autre ? Que désirez-vous ? Quels sont vos besoins ? Comment imaginez-vous l’avenir ?  Si elle n’est pas ouverte à avoir cette discussion avec toi, tu peux quand même te poser des questions similaires à toi-même. Cela pourra t’aider à mieux saisir ce que tu veux, et dans quel type de relations tu es prête à t’engager.

Tu mentionnes avoir été victime d’une agression sexuelle étant enfant et que cette agression a eu des impacts sur ta vie sexuelle. As-tu reçu de l’aide, du soutien suite à cet événement ? As-tu pu en parler à une personne de confiance ? Ce que cette fille t’a fait subir est inacceptable. C’est une violence que personne ne mérite. N’oublie pas : ce n’est pas de ta faute.

Si tu en ressens le besoin, tu pourrais essayer d’aller consulter un.e professionnel.le pour parler de ce que tu as vécu. Je ne connais pas beaucoup les ressources en Haïti, mais j’ai trouvé ce site web qui semble contenir un certain répertoire de services psychologiques dans la section « Violence basée sur le genre » (thérapie individuelle, de groupe, écoute active…) : Anplasman Sèvis Pwoteksyon.

Sois vigilante, par contre. Tu le sais probablement déjà mieux que moi, mais j’ai ouï dire que, non seulement la population générale, mais aussi certaine.s professionnel.le.s, pouvaient avoir une attitude très intolérante face aux personnes homosexuelles. Cette homophobie peut transparaître dans leur pratique. Assure-toi donc que la personne à qui tu te confieras te recevra avec tout le respect que tu mérites. Dans l’idéal, elle devrait être réellement en mesure de t’aider, et non te nuire, dans ton cheminement. Si jamais tu ne te sens pas à l’aise dans la relation d’aide que tu reçois, n’hésite pas à l’arrêter. Tu as tout à fait le droit de faire cela.

D’ailleurs, j’ai aussi trouvé l’organisme Kouraj, qui lutte pour les droits des personnes LGBT en Haïti. Je ne sais pas s’ils offrent des services de soutien aux individus, ou s’ils ont une banque de données de professionnel.le.s accessibles, mais tu pourrais peut-être tenter de les contacter pour vérifier : Kouraj.

Badass, je te remercie encore une fois d’avoir fait appel à AlterHéros.

J’espère avoir été en mesure de répondre à tes questions. Je t’invite bien sûr à recontacter l’équipe Parles-en aux experts si tu en as d’autres.

Bon courage !
Jessica


About Jessica

Jessica est présentement étudiante au doctorat en psychologie à l’Université de Sherbrooke. Elle détient un diplôme d'études collégiales en sciences humaines, profil action sociale et médias (2011) et un baccalauréat en psychologie de l'Université du Québec à Montréal (2014). Elle a travaillé dans le domaine de l'intervention à temps plein pendant un an et demi avant d’intégrer le doctorat. Son grand intérêt pour la communauté LGBTQ+ l'a amenée à s'impliquer en tant qu'intervenante bénévole au sein de l'équipe Parles-en aux Experts en mai 2015.

Leave a comment