Je suis trans, comment l’annoncer à ma famille? 3


Bonjour, j’ai 15ans et quand j’étais petite j’étais très garçon manqué (cheveux court ect…) je me considérais comme un homme mais au fil du temps j’ai commencé a trainer avec des filles et je suis devenu de plus en plus féminine , aujourd’hui je ne me sens pas bien dans mon corps j’aimerais être un homme mais comment aborder le sujet avec mère en qui j’ai confiance mais sachant que j’ai très peur de sa réaction… Je sais déjà que la moitié de ma famille sera contre pour ce changement de femme a homme surtout mon père. Je me suis mutilée et tomber dans la dépression à l’idée de me dire que devenir un homme serait impossible (prix, chirurgie ect… et surtout en parler) Merci d’avance.
– Laura

Bonjour Laura,

Merci d’avoir adressé ta question à AlterHéros!

Tu nous écris que tu voudrais être un homme et que tu te sens mal dans ton corps. Tu aimerais en parler aux personnes autour de toi et amorcer une transition, mais tu ressens énormément de peur et d’anxiété. Tu vis une dépression et tu as eu des gestes d’automutilation parce que tu as l’impression que ce serait impossible que tu deviennes un homme.

Tout d’abord, j’aimerais prendre le temps de souligner ton courage! Tu as su trouvé les mots pour nous décrire ta situation et tes sentiments, c’est déjà un pas vers l’avant !

Si tu le souhaites, nous allons voir ensemble comment répondre aux questions que tu te poses.

Pour commencer, tu aimerais savoir comment dévoiler ton identité de genre à tes proches. Tu aimerais en parler avec ta mère, mais tu crains énormément sa réaction. Tu dis aussi que la moitié de ta famille, surtout ton père, prendrait mal ton désir de vivre une transition. Quelle serait la réaction de l’autre moitié de ta famille ? Y a-t-il parmi tous tes proches une personnes en particulier qui serait plus ouverte à la diversité sexuelle ? Cela peut être ta mère en qui tu dis avoir confiance, un.e ami.e, une soeur ou un frère, etc.

Il n’est pas possible de savoir à cent pour cent quelle sera la réaction de cette personne. En même temps, c’est possible de mettre toutes les chances de ton côté en te préparant. Je t’invite à lire cette publication de l’organisme Gai Écoute qui parle du « coming out » pour les personnes trans. De plus, voici quelques exemples de questions que tu pourrais te poser pour t’aider à planifier cette étape importante :

  • Est-ce que j’ai envie d’en parler avec cette personne-là ?
  • Est-ce que je me sens en sécurité avec elle ?
  • De quelle façon est-ce que je préférerais communiquer (face à face, par lettre, par messagerie instantanée, etc.) ?
  • Quel est le meilleur moment pour aborder cette personne ?  Quel est le meilleur endroit ?
  • Quelles questions pourrait-elle me poser ? Que pourrais-je répondre ?

Je te propose aussi d’échanger avec d’autres personnes qui sont déjà passées par là ! Si tu le souhaites, tu peux le faire en rejoignant le groupe AlterHéros Trans Power. Pour ce qui est des procédures médicales (hormones, chrirurgies, etc.), je te suggère de contacter l’organisme OUTrans afin d’obtenir du soutien près de chez toi et des informations spécifiques à la réalité française.

Enfin, je comprends que tu as posé des gestes d’automutilation alors que tu ressentais un grand désespoir. Pour certaines personnes, l’automutilation permets de soulager une tension interne, pour d’autres, c’est plutôt pour se sentir en vie ou encore pour se punir. Quel sens donnerais-tu à tes gestes ? Tu pourrais peut-être essayer un moyen de remplacement si jamais tu revis à nouveau une situation semblable. J’ai déjà vu d’autres jeunes qui se pinçaient avec un élastique autour du poignet, qui tenaient des cubes de glace dans leur main, qui se traçaient des marques rouges sur le bras avec des feutres. C’est aussi possible de se changer les idées en pratiquant des méthodes de relaxation et de respiration ou en faisant une activité qu’on aime (colorier, courir, prendre un bain, etc.). L’important, c’est que tu trouves un moyen qui te permettes de te sentir mieux !

Pour terminer, tu souffres beaucoup à l’idée que « devenir un homme serait impossible ». Tu sais, au contraire, j’ai envie de te dire que c’est tout à fait possible ! Oui, faire une transition requiert souvent plusieurs étapes et même des coûts. En même temps, à chaque petit pas que tu fais, tu te découvres comme homme et tu avances dans ton cheminement. Alors, ici et maintenant, qu’est-ce qui te ferait du bien ? 😉

Prends soin de toi ! N’hésite surtout pas à nous réécrire si tu as d’autres questions.

Carine St-Jacques-Karozis, technicienne en travail social pour AlterHéros


About Carine St-Jacques-Karozis

Carine est technicienne en travail social et intervenante bénévole pour AlterHéros. Elle s’intéresse tout particulièrement aux domaines de la diversité sexuelle, de la violence sexuelle et de la neurodiversité.