J’ai un hymen élastique qui refuse de se rompre!


Bonjour!
Alors voilà, ma question peut paraître ridicule, mais j’ai ce que j’appelle, un hymen élastique. (Je ne sais pas si le terme existe véritablement, enfin…) Grossièrement, j’ai beau avoir des relations sexuelles depuis maintenant un an, mon hymen ne veut pas se rompre. Ca pourrait avoir un avantage car du coup je ne saigne pas…. Si seulement! C’est un vrai calvaire à chaque pénétration. Déjà pour moi, car c’est vraiment une expérience douloureuse (imaginez vous revivre cotre première fois en boucle…) mais aussi pour mon petit ami qui est véritablement à mon écoute et qui n’arrive donc pas à prendre du plaisir en sachant me faire du mal.
Et c’est triste, parce que j’aime vraiment beaucoup l’idée d’une fusion amoureuse, que nous ne soyons plus qu’un…
Alors voilà, comment pourrais-je percer cet hymen un peu trop récalcitrant? Je sais qu’il existe des opérations chirurgicales, mais j’aimerais ne pas avoir à en
arriver là…
Suno

Bonjour Suno,
Ta question n’est pas ridicule, loin de là ! Merci d’avoir pris le temps de nous écrire.
Ton hymen ne se rompt pas, tu cherches des solutions et tu aimerais ne pas avoir recours à la chirurgie.
Je comprends que c’est une situation qui t’apporte beaucoup de souffrance autant au niveau physique qu’au niveau relationnel.

D’abord, quelques questions et pistes de réflexion. Est-ce que tu es suffisamment lubrifiée lors de la pénétration? As-tu déjà utilisé un lubrifiant (à base d’eau, préférablement) pour voir si ta douleur s’apaise un peu? Y a-t-il des angoisses qui te trottent dans la tête lorsque tu as des rapports sexuels? As-tu déjà vécu des violences sexuelles? As-tu déjà eu des blessures physiques au niveau de la vulve et du vagin? Sens-tu que tu es bien détendue lorsque tu as des relations sexuelles? Parfois, on a l’impression qu’on est tout à fait détendu.e, puis on prend une grande respiration et on se rend compte qu’on est crispé.e. Tu pourras faire le test lors de ta prochaine relation sexuelle si le coeur t’en dit.

Sinon, je te propose d’essayer d’entrer graduellement, doucement, avec beaucoup de lubrification, en respirant profondément et en te concentrant sur le plaisir (si tu en as un peu!), des doigts à l’intérieur de ton vagin. Tu peux le faire devant un miroir pour mieux voir ton sexe et apprendre à mieux le connaître. On n’est jamais mieux servi.e que par soi-même, mais si tu préfères que ce soit ton partenaire qui le fasse (ça peut être beaucoup plus excitant!), c’est d’accord aussi !

Je comprends que tu apprécies l’idée de « ne faire qu’un ». Que dirais-tu, pour vous enlever un peu de pression à ton copain et toi, d’essayer autre chose, d’avoir des relations sexuelles sans pénétration vaginale? La masturbation, les massages, le sexe oral (pour en savoir plus, je t’invite à lire ceci ! ), il y a plein de possibilités à explorer. Vous pourriez découvrir des trucs fantastiques ! 😉

Autrement, une visite chez un.e professionnel.le de la santé serait à envisager, si la situation te cause une souffrance significative et continue.
Je te souhaite d’avoir du plaisir, Suno!

N’hésite pas à nous réécrire si tu en ressens le besoin.
Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros


About Marie-Édith Vigneau

Diplômée de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) en sexologie et de l'Université de Montréal en intervention en déficience intellectuelle et en troubles du spectre de l'autisme, Marie-Édith est passionnée de musique, de voyages, d'espresso, de bières de microbrasseries, de bas de laine en toute saison et de faire semblant de bien cuisiner.

Leave a comment