Je ne sais pas dire non, que vais-je devenir? Aussi, est-ce inquiétant d’avaler le sperme?


Je vous remercie de m’avoir répondu, cela m’a beaucoup fait de bien.
Votre soutien m’a permis de me libérer totalement, j’ai jeté tous mes habits d’homme, maintenant je suis habillée tous les jours en femmes et je le vie bien, je me sens heureuse. J’adore être désirée par pleins d’hommes, ce qui m’inquiète un peu c’est que je ne sais pas leur dire non. J’ai rencontré un homme qui  m’adore, mais il me fais faire pleins de rencontres, je peux pas lui dire non car il sait que j’adore ça, puis il me rends tellement heureuse, je crois que je suis follement amoureuse de lui.

J’aurais voulu savoir si c’est inquiétant d’avaler le sperme car il adore les fellations, ça ne me déplais pas j’aime bien. je sais qu’il m’aime beaucoup car il me gâte bien. C’est lui qui m’habille et m’entretient je ne travaille plus, il m’achète mes hormones sur le net.
Je suis totalement à lui et ça me plait c’est cela qui m’inquiète, que vais-je devenir ?   
​Aïcha

Bonjour!
Merci de faire appel à nous à nouveau.
Vous vivez des moments très agréables, mais vous n’arrivez pas à dire non à cet homme qui vous gâte et cela vous inquiète.
C’est normal de vouloir se laisser aimer et désirer ! Vous avez le droit de vous laisser aller et de vivre un peu de bonheur, n’est-ce pas?
Toutefois, il est essentiel de savoir reconnaître et tracer ses limites.

Certaines personnes ont du mal à dire non parce qu’elles ont peur de déplaire. D’autres ont de la difficulté à s’affirmer en général. D’autres choisissent de dire non pour éviter des situations désagréables ou carrément violentes. Savez-vous pour quelles raisons il est difficile pour vous de dire non?

Pour apprendre à refuser certaines choses et à tracer ses limites, un point de départ pourrait être de dire: « Je vais y réfléchir, laisse-moi un moment. » et prendre le temps de penser à la demande ou l’offre qui vous a été faite avant d’y répondre. Rappelons-nous que vous n’êtes pas responsable des émotions des autres et que votre bonheur dépend surtout de vous-même.

Dans un autre ordre d’idées, est-ce dangereux d’avaler le sperme? Cela dépend de votre santé sexuelle et de celle de vos partenaires. L’idéal est d’utiliser le condom externe (préservatif) pour éviter la transmission d’ITSS (infections transmissibles sexuellement et par le sang). Pour en savoir plus sur les ITSS, les pratiques à risque et les moyens d’avoir l’esprit plus tranquille lorsque vous avez des rapports sexuels, vous pouvez visiter cette page du ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec. En prime, voici quelques petits trucs concernant la transmission du VIH lors d’une relation orale (source – portail VIH SIDA du Québec):

  • Évitez le sexe oral dans l’heure qui précède ou qui suit le brossage des dents ou l’utilisation de la soie dentaire.
  • Évitez le sexe oral après avoir mangé des aliments qui pourraient blesser ou irriter les muqueuses de la bouche : croustilles, maïs soufflé, gomme extra-forte.
  • Éviter le plus possible les contacts entre la bouche et les liquides biologiques (sécrétions vaginales, liquide pré-éjaculatoire, sperme).
  • Après le sexe oral, rincez-vous la bouche avec de l’eau. Évitez les rince-bouche à base d’alcool peuvent irriter les muqueuses et augmenter les risques.
  • Rien n’indique s’il est préférable de recracher ou d’avaler le sperme ou les sécrétions vaginales si on les reçoit dans la bouche. On sait toutefois que le risque est plus grand lorsque le liquide reste plus longtemps dans la bouche.
  • Les personnes séropositives peuvent réduire les risques de transmission en étant traitées. Les risques sont considérablement réduits lorsque la charge virale est indétectable depuis plus de 6 mois, que le traitement est suivi fidèlement et qu’il n’y a pas d’autres ITSS.

En terminant, vous expliquez ne plus travailler. Est-ce que c’est une situation souhaitable pour vous? Croyez-vous que c’est un bon plan à long terme? À vous d’évaluer les risques et les bénéfices de cette situation. Il serait intéressant aussi de consulter un.e professionnel.le de la santé concernant les hormones, si vous en avez la possibilité. Le net est une option, mais ce n’est pas la solution la plus sécuritaire, d’autant plus que vous ne semblez pas avoir un contrôle total sur l’achat des hormones.

J’espère avoir su répondre à vos interrogations. N’hésitez pas à nous réécrire au besoin!
Au plaisir,
Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros


About Marie-Édith Vigneau

Diplômée de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) en sexologie et de l'Université de Montréal en intervention en déficience intellectuelle et en troubles du spectre de l'autisme, Marie-Édith est passionnée de musique, de voyages, d'espresso, de bières de microbrasseries, de bas de laine en toute saison et de faire semblant de bien cuisiner.

Leave a comment