Depuis plusieurs mois, je me sens de plus en plus garçon… 2


Bonjour! Je m’appelle Séllia et j’ai bientôt 18ans. Depuis plusieurs mois, je me sens de plus en plus garçon. Je ne saurai dire si c’est passager ou autre. Je ne sais pas quel genre je suis et qui je suis.
J’arrive de moins en moins à « m’habiller comme fille » et à me maquiller. J’aimerai beaucoup avoir des réponses à mes questions car cela me rend triste et je n’arrive pas avoir de relations stables. Merci si vous arrivez à m’aider..

Séllia

 

Bonjour Séllia!
Merci de faire confiance à l’équipe d’AlterHéros.

Tu te sens de plus garçon ces temps-ci, ce qui te fait te poser des questions. Cela a une influence sur tes relations interpersonnelles et sur ton humeur et tu te demandes si c’est passager. Tu expliques également avoir de la difficulté à t’habiller comme une fille et à te maquiller.

Je tiens d’abord à te dire que tu n’es pas seul.e dans cette situation. Plusieurs personnes de partout dans la francophonie nous écrivent régulièrement à ce sujet, tu sais !
Je ne peux pas répondre à ta question à savoir si c’est une situation passagère ou non. Par contre, je peux te proposer quelques pistes de réflexion.
Lorsque tu parles de te sentir de plus en plus garçon, ça va au-delà d’une question de look, pas vrai? Tu peux porter les vêtements qui te font te sentir bien, que tu sois une fille, un garçon, une personne non-binaire… sans égard au fait que ce soit généralement considéré comme des « vêtements de garçon » ou des « vêtements de fille ». Même chose pour le maquillage; une fille n’est jamais obligée de porter du maquillage, pas plus qu’un garçon !
Lorsque tu portes des vêtements qui te font te sentir bien, est-ce que tu te sens mieux publiquement ? Est-ce à cause de la manière dont tu te sens dans tes vêtements, ou plutôt à cause du regard différent que les gens posent sur toi, si c’est le cas – particulièrement si les gens peuvent se questionner sur ton genre ?

Si tes questionnements perdurent au-delà du look, je te propose de lire cette réponse de mon collègue June. Elle contient de précieuses informations sur les questionnements qui prennent beaucoup de place pour toi, la transition et d’autres éléments qui pourraient t’intéresser. Tu peux aussi regarder cette réponse que j’ai concoctée en mars dernier et celle de mon collègue Samuel, un peu plus récente. Et tiens, une autre de Samuel, pour compléter!
Concernant tes relations interpersonnelles, est-ce que tu peux identifier d’autres éléments, mis à part ton questionnement à propos de ton identité de genre, qui font qu’elles sont difficiles? Est-ce qu’il y a certains de ces éléments sur lesquels tu peux travailler ?
Sinon, crois-tu que tu pourrais prendre des moyens pour te sentir mieux en compagnie d’autres personnes? Par exemple, leur demander d’utiliser des pronoms masculins ou neutres (comme iel), adopter une attitude qui correspond davantage à ce que tu ressens, utiliser un autre nom? Je te propose d’essayer différentes options et de voir ce qui te fait te sentir le mieux. Tu peux aussi contacter des organismes communautaires de ta région qui oeuvrent auprès de personnes trans et questionnement pour rencontrer des personnes qui connaissent bien la situation que tu vis. Par exemple, il y a l’association C’est Comme Ça qui offre du soutien aux jeunes LGBT+ et en questionnement. Les personnes intervenantes de cette association sauront également t’écouter attentivement, t’offrir les ressources nécessaires à ta situation et te guider un peu plus loin dans tes réflexions.
Si jamais ces informations ne te procurent pas de pistes de réflexion et de réponses satisfaisantes, n’hésite pas à nous réécrire, d’accord?
Nous sommes là pour toi.
Prend soin de toi, Séllia!
Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros

About Marie-Édith Vigneau

Diplômée de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) en sexologie et de l'Université de Montréal en intervention en déficience intellectuelle et en troubles du spectre de l'autisme, Marie-Édith est passionnée de musique, de voyages, d'espresso, de bières de microbrasseries, de bas de laine en toute saison et de faire semblant de bien cuisiner.