Si mes partenaires se font régulièrement dépister, reste-t-il un risque de contracter le VIH ?


Bonjour, je m’appelle Tristan et j’ai une question qui est très importante pour moi. Je suis dépisté de toute maladies détectables et récemment vacciné contre l’hépatite B. J’ai couché sans protection avec plusieurs personnes qui se font dépistées régulièrement. Si je suis dépisté et eux aussi, reste-t-il un risque d’attraper le VIH? que dois-je faire?

Merci en avance,
Tristan

Bonjour Tristan,

Pour commencer, merci de faire confiance à AlterHéros pour ta question et saches que je tenterais de traiter de celle-ci au meilleur de mes capacités.

À ce que je comprends, tu sembles être préoccupé par l’idée d’avoir potentiellement contracté un virus (herpès, hépatite, syphilis, VIH) ou une bactérie (chlamydia, gonorrhée, etc.) suite à des comportements sexuels à risques.

Si effectivement tes partenaires et toi-même avez fait un dépistage complet (prélèvements sanguins, échantillon urinaire et culture bactérienne au niveau de la gorge, anus et vagin) et que les résultats sont négatifs pour l’ensemble de ces personnes, alors cela peut réduire le risque de transmission d’une infection transmissible sexuellement ou par le sang (ITSS). Toutefois, si l’un.e de ces partenaires a eu un rapport sexuelle à risque avec une personne dont le statut de santé sexuelle est inconnu, il est possible que ce.tte partenaire puisse te transmettre une ITSS sans le savoir.

 

Or, plusieurs éléments sont à clarifier afin que je puisse te dire que tes risques d’avoir contracter quelque chose sont négligeables.

Premièrement, cela dépend du type de dépistage que toi et tes partenaires avez fait.

Par exemple, pour le VIH, le dépistage le plus commun est le dépistage standard, c’est-à-dire une prise de sang dans le bras. En laboratoire, ils peuvent détecter la présence de l’anticorps dès la deuxième ou la troisième semaine suivant l’exposition au virus. Cela veut dire que si une personne est en contact avec le VIH et se fait dépister une à deux semaines après le contact à risque, il est possible que le résultat soit un faux négatif et que la personne soit en faite porteuse du virus.

Tu précises dans ta question que tu es surtout inquiet quant au risque de contracter le VIH. Je te transmets donc les conditions nécessaires pour la transmission du VIH selon le site du Portail VIH/sida du Québec :

Pour qu’il y ait transmission du VIH d’un organisme porteur à un organisme sain, il doit y avoir une porte de sortie du virus (saignement, éjaculation, production de liquide pré-éjaculatoire, allaitement, utilisation de matériel d’injection), une porte d’entrée pour le virus dans l’organisme sain (plaie ouverte, lésion de la peau, muqueuse buccale, anale, vaginale, injection, ingestion, tatouage ou perçage) ainsi qu’un porteur du virus entre les deux organismes (liquide biologique comme le sperme, le liquide pré-éjaculatoire, les sécrétions vaginales, anales, le lait maternel ou le sang).

Voici une liste des pratiques sexuelles avec les risques de contracter le VIH s’y rattachant :

PRATIQUES RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH
Embrasser son partenaire Aucun risque de transmission
Faire un anulingus à son partenaire Aucun risque de transmission
Recevoir un anulingus Aucun risque de transmission
Recevoir une fellation sans condom Aucun risque de transmission
Masturbation et contact corps à corps Aucun risque de transmission
Faire une fellation à son partenaire Possibilité de transmission
Pénétration anale/vaginale sans condom Risque élevé de transmission
Partage de jouets sexuels sans condom Risque élevé de transmission

Je te recommande donc, si tu n’es pas certain des types de tests que tes partenaires et toi-même avez fait, d’attendre deux semaines et d’aller passer une nouvelle fois le test de dépistage standard afin de te sentir plus confortable face à ton inquiétude.

Pour l’avenir, saches qu’il existe de nouvelles technologies de prévention du VIH ! 🙂 D’abord, il y a la PrEP si tu prévois avoir des rapports sexuels à risque (sans condom, par exemple!) ou la PPE si tu penses avoir eu des comportements sexuels à risque de transmission du VIH avec un.e partenaire dont tu ignores son statut sérologique.

PrEP : prophylaxie pré-exposition

La PrEP est une combinaison de deux antirétroviraux qu’une personne peut prendre afin de prévenir une infection au VIH. Il existe deux différentes façons d’utiliser la PrEP selon tes habitudes de vie liées à la sexualité : de façon sporadique, avant et après une activité sexuelle ; Ou bien quotidiennement. Voici un petit vidéo qui vulgarise bien ce qu’est la PrEP ! Si cette option t’intéresse, tu peux en parler à ton médecin ou aller chercher davantage d’informations dans une clinique médicale spécialisée en santé sexuelle !

La PPE : prophylaxie post-exposition

La PPE est utile lorsqu’une personne qui n’a pas le VIH a eu des relations sexuelles à risque avec un.e partenaire dont elle ne connait pas le statut de santé sexuelle. Cela est aussi recommandé en cas d’exposition non-sexuelle avec une personne infectée (aiguilles, liquides infectés avec une muqueuse, lésions cutanées, partage de matériel d’injection, etc). La PPE se prend 24-72 heures maximum après l’exposition à risque. Au-delà de ce temps, cela ne sert à rien de prendre la PPE. Tu peux téléphoner à la clinique médicale spécialisée en santé sexuelle la plus près de chez toi pour connaître les lieux où tu peux te procurer la PPE !  Voici un petit vidéo complémentaire au sujet de la PPE. 

Pour finir, j’aimerais simplement te féliciter de prendre à coeur ta santé sexuelle ainsi que celle de tes partenaires ! Faire des dépistages sur une base régulière est l’une des nombreuses stratégies que l’on peut utiliser pour réduire les risques de transmission d’ITSS. Par ailleurs, s’il arrivait que l’un.e de tes partenaires t’informeraient d’un diagnostic positif à une ITSS, as-tu réfléchi sur la façon dont tu réagirais ? Ou si toi-même recevais un diagnostic positif de la part de ton médecin ? D’abord, informe-toi de l’ITSS en question. Plusieurs sont assez fréquentes et se traitent relativement bien à l’aide de différents types d’antibiotiques. Puis, il est important d’informer l’ensemble des partenaires ayant pu être exposé à cette ITSS. Pour citer le Portail VIH/Sida du Québec, informer rapidement ses partenaires à la suite d’un diagnostic positif permet de :

  • passer un test de dépistage sans attendre d’avoir d’éventuels symptômes,
  • se faire traiter rapidement, et éviter les complications,
  • éviter de transmettre une ITSS à leur tour,
  • participer aussi à la prévention des ITSS,
  • sentir que leurs partenaires s’occupent de leur santé.

 

Pour finir, tu peux également discuter avec ton médecin des meilleures stratégies de prévention adaptées à tes habitudes sexuelles. Sache qu’il existe également des vaccins pour certaines souches du Virus du papillome humain (VPH) ainsi que pour l’Hépatite A. Ton médecin pourra t’en parler davantage !

 

J’espère que les réponses que je t’ai apportées pourront t’éclairer pour la suite des choses.

Si tu as d’autres questions, n’hésites pas à correspondre avec nous!

Et surtout, amuse-toi ! Dans le respect, le consentement et le plaisir de toutes et tous ! 🙂

Alexanne Prince-Pelletier

Étudiante au baccalauréat en sexologie et intervenante pour AlterHéros


About Alexanne

Alexanne est étudiante au baccalauréat en sexologie à l'Université du Québec à Montréal. Elle mord rapidement à l'hameçon lorsqu'il s'agit de discuter de positivité sexuelle et de fluidité de l'expression de genre. Elle apprécie explorer différentes colorations capillaires mensuellement.

Leave a comment