Suis-je une femme dans un corps d’homme ?


Bonsoir ! Je trouve enfin le courage de vous écrire, et c’est un soulagement, car je suis un esprit torturé de questions depuis des mois/années. Je suis, en effet, en plein questionnement et remise en cause de mon identité. Simplement, une question, « LA » question me tracasse depuis des années : « suis-je une femme dans un corps d’homme ? ». Je n’ai toujours pas trouvé de réponse à cette question, même si cela tend plus à aller vers le « oui » que le « non ». Commençons par le commencement… J’ai découvert au lycée mon attirance envers les garçons, j’ai mis du temps à le comprendre, à l’accepter, à l’assumer. Très récemment, j’ai fait mon coming-out et presque toute ma famille le sait désormais, et l’accepte très bien. J’ai la chance d’avoir une famille globalement très tolérante envers ce sujet, malgré quelques rares exceptions de l’ancienne génération. Je suis également entouré d’amies/s qui me soutiennent. Mais voilà, je suis perdu. Cette question me torture littéralement l’esprit, je soupçonne même qu’elle a pu être la cause d’une dépression dont je n’arrivais pas à trouver l’origine lors de l’adolescence (j’ai 26 ans). J’ai commencé à me travestir (en réalité j’avais déjà débuté vers le lycée, ou je prenais en cachette des vêtements de ma mère, et j’aimais réellement cela… mais j’ai arrêté parce que j’avais trop peur de me faire surprendre. Discrétion avant tout sur ce sujet, pour le moment. Maintenant, j’ai mon propre appartement et j’ai acheté quelques robes, et je projette également de prendre du maquillage. Pour être vraiment féminine… Car avec ce corps d’homme, ce n’est simple tous les jours de se regarder dans le miroir et d’avoir toute cette affreuse barbe dont j’aimerais me débarrasser définitivement, alors que certains prient d’en avoir ! C’est un comble… j’ai aussi laissé pousser mes cheveux, dans l’espoir d’avoir une apparence moins « masculine », ou reconnue comme telle… Cependant, avec tous mes soucis de santé, je ne pense pas qu’une transition soit possible de toute façon… Ou alors n’est-ce-là qu’une excuse de ma part pour rester à l’étape dans laquelle je me situe…. J’en n’en sais trop rien… Lorsque je regarde des filles dans la rue, je ne peux m’empêcher de penser « quelle chance incroyable… Je suis jaloux ». Je voudrais être comme elles. Si je pouvais me réveiller, demain, en ayant le corps d’une femme, je serais la plus heureuse du monde. Mais si transition il y a, à l’avenir, je souhaiterais garder mon sexe d’origine. Aussi, tout cela n’est-il pas qu’un fantasme ? … Je ne compte cependant pas rester à ce stade de mon questionnement. Je vais contacter le centre LGBT le plus proche de ma ville (Nice) et leur demander de l’aide à ce sujet. Une vie faite de questions n’est pas une vie. Il faut savoir, même si cela peut faire peur… en réalité, la réponse m’effraie. Une dernière précision, je souhaiterais, si possible, que vous employiez des pronoms féminins lors de votre réponse… Je vous remercie du temps que vous m’accorderez ainsi que de celui que vous employez pour répondre au maximum à tous ceux et celles qui sont dans ma situation… Merci ! 

 
Jeremy
 
 
Bonjour Jeremy,
Tout d’abord, je tiens à m’excuser pour le délai de réponse. Le service d’intervention d’AlterHéros était en vacances ces derniers jours ! Par ailleurs, je tiens également à te remercier de faire confiance à AlterHéros pour tes questionnements. J’espère que je saurai t’offrir le soutien dont tu as besoin.
Si je comprends bien ta situation, tu te dis en qustionnement sur ton identité de genre depuis plusieurs années. Tu dis te sentir de plus en plus en tant que femme, tant au niveau de ton expression de genre que psychologiquement : que ce soit via l’exploration de ton genre avec différents vêtements traditionnellement associés au genre féminin ou via l’usage de pronoms et d’accords grammaticaux féminins.
L’identité de genre est quelque chose de proprement personnel et intime. Chaque personne est libre de définir par elle-même la façon dont elle se sent et la façon dont elle désire que les autres s’adressent à elle. Conséquemment, tu es la seule et unique personne apte à définir si tu es trans ou non. Je m’aperçois que tu as déjà eu l’opportunité de réfléchir beaucoup à cette question. En effet, tu sembles avoir déjà débuté depuis un bon temps l’exploration de ton expression de genre, notamment via les différents vêtements que tu souhaites aborder ainsi que par les pronoms que tu souhaites utiliser pour te définir. 🙂 Et félicitations pour tout cela ! L’exploration de son genre peut être une merveilleuse expérience pour nous permettre de mieux nous définir et d’améliorer notre bien-être émotionnel. 🙂
Tu fais référence à une possible transition. Il existe plusieurs différentes formes de transition, et chaque personne a la possibilité de définir elle-même ses besoins et ses objectifs en termes de transition. Chaque parcours est valide et unique en soi. 🙂
Par exemple, certaines personnes vont opter pour une transition sociale en adoptant une expression de genre correspondant à leur identité de genre et en utilisant les pronoms avec lesquels elles se sentent le plus confortable. D’autres vont opter pour une transition civile, c’est-à-dire en modifiant leur prénom et leur mention de genre sur les papiers de naissance. D’autres personnes vont opter pour une transition médicale, pouvant comporter, ou non, l’homornothérapie ainsi que certaines interventions chirurgicales. Par rapport à cela, tu dis avoir déjà réfléchi à l’idée de vouloir conserver tes organes sexuels de naissance. Et c’est très bien ainsi ! Après tout, c’est ton corps, et tu possèdes l’entière autonomie de déterminer ce qui te correspond le mieux. 🙂 Plusieurs personnes trans prennent la décision de conserver leurs organes sexuels de naissance, d’autres non, pour plein de différentes raisons qui sont propres à elles.
Je suis heureux de constater que tu prennes le temps de nous contacter pour verbaliser tous tes questionnements. Il est important de s’entourer de personnes compréhensives sur le sujet afin de pouvoir te soutenir dans tes réflexions et dans les prochaines étapes que tu entreprendras. Contacter le centre LGBT à proximité de chez toi constitue ainsi une belle façon de rencontrer d’autres personnes vivant des questionnements similaires aux tiens ou ayant vécu une expérience similaire. Au niveau de Nice, il y a notamment le Centre LGBT Provence – Alpes – Côte d’Azur. Si tu désires prendre contact avec une association dont les services sont uniquement orientés par et pour des personnes trans ou en questionnement, il existe l’association T-Time, située à Marseilles. Les contacter te permettra également de connaître les meilleurs services à proximité de chez toi.
 
Pour conclure, je te propose également d’explorer les différentes questions/réponses que mon équipe et moi avons répondu au sujet des questionnements liés à l’identité de genre. En lisant les différentes questions de ce dossier, tu te reconnaîtras possiblement dans les témoignages et les expériences d’autres personnes vivant une situation similaire à la tienne. 🙂
Je te souhaite bonne chance pour la suite des choses, et n’hésite pas à nous contacter de nouveau si tu en ressens le besoin (ou simplement pour nous donner des nouvelles!) même de l’autre côté de l’Océan, nous demeurons disponibles pour toi. 🙂
Bonne route !
Guillaume, pour AlterHéros

About Guillaume Perrier

Bachelier en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Il adore déposer ses orteils dans l'eau salée et rester beaucoup trop longtemps sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment