J’ai parfois envie d’être un garçon parce que ça semble tellement plus simple !


Bonjour, 
Pour être tout à fait honnête, j’hésitais franchement à poser ma(mes?) question(s) parce que j’ai l’impression que mon cas est ridicule par rapport à certain. C’est sans doute moi qui me pose trop de questions (je fais souvent ça en fait), mais ça me perturbe quand même beaucoup.
Pour commencer : sur le papier et biologiquement parlant, je suis une fille. 
Le truc, c’est qu’il y a des fois où j’aurais bien aimé être un garçon, et ce depuis toute petite. Depuis que j’ai eus mon petit frère en fait, et que j’ai eus droit à « les filles font ci, les garçons font ça ». Un truc particulièrement con qui me vient en tête c’est quand ma mère voulait que j’aille me laver parce que « les petites filles sont propres ». « Et mon frère ? » « Lui c’est un garçon, ce n’est pas pareil ». Je ne dis pas que les filles et les garçons doivent être identiques en tout point parce que ce serait ridicule. L’ennui c’est qu’entre les « socialement bien fondés » et les « penses par toi-même » je suis un peu perdu(e) quand à ce qu’est « véritablement » une fille et ce qu’est un garçon. Vu qu’on ne doit pas se définir par rapport à ce que dit la société, mais c’est quand même ce qu’on fait au final.
En bref, cette question d’égalité homme-femme me tient très à coeur depuis mon plus jeune âge. 
Ensuite, toujours depuis l’enfance et à cause de ça, j’ai toujours eus besoin de prouver ma valeur aux garçons. De montrer qu’une fille n’agissait pas forcément comme une fleur délicate et sensible (je stéréotype à mort, mais vous voyez l’idée). Au point que durant mon adolescence, les autres disaient de moi que j’étais un mec, s’ils ne pensaient pas que j’aimais les filles (et pour avoir essayé de m’imaginer avec une fille, je suis quasi certaine de ne pas l’être. Malgré la brève attirance que j’ai eus pour l’une de mes amies à un moment). L’autre jour encore, lors d’une fête organisée par une amie à moi, vers la fin je suis allée au bord de la piscine où il y avait les garçons qui faisaient les cons dans l’eau parce que j’en avais marre de danser avec les autres. Comme je suis la seule fille qui les a suivit, l’un des gars me demande ce que je fou-là. « Bah vous faites des trucs stupides et j’aime les trucs stupides, et puis c’est là qu’il y a de la bouffe » « Et après tu te demandes pourquoi on te prend pour un mec ha ha ! ».
Je sais que c’était dit sur le ton de la rigolade, mais ce n’était pas le premier à me dire ça. Et à force de l’entendre à répétition, je finis par me poser des questions.
Comme je l’ai dis, il y avait des fois où j’avais férocement envie d’être un garçon parce que merde, être un mec à l’air tellement plus simple ! Et – pardonnez l’expression – je trouve le corps des garçons tellement beau ! Parfois j’ai des difficultés à aimer mon propre corps. La seule chose qui me fait le « tolérer » c’est qu’au moins j’ai ce qu’il faut pour plaire à un mec (oui je sais, ce mode de pensée est ridicule). Et en même temps, si j’étais un mec, je suis sûr à 100% que je serais gay et pour mon père – qui est treeeeeees homophobe au point de balancer une chaise sur mon frère à 10 ans et de le manquer de peu parce que celui-ci lui avait dit qu’il ne savait pas s’il était gay ou non – le prendrait super mal. Rien qu’hier il a fouillé sur mon iPad et découvert par inadvertance mes images de Boy’s love et il a pété un cable (je jure qu’il ne s’agissait que de fanart et que les deux gars ne faisaient que s’embrasser). Horrible soirée où j’avais l’impression d’avoir fait un coming-out en tant que gars, alors que je suis une fille.
Le problème c’est que parfois, j’aime des trucs qualifiés comme étant « mignon » et je m’en veux de suite après parce que ça fait « fille ». Et j’en suis une ! Donc c’est complètement con de penser comme ça ! En 4 ème, je me suis mis à me mettre de l’eye-liner sur les yeux pour faire comme dans les mangas où les filles ont les cils plus longs que les garçons, et ce pour souligner le fait que j’étais une « fille ».
Enfin bref, tout ça pour dire que je me perds toute seule dans ce méli-mélo d’identité sexuelle. Un coup j’aimerais être un gars. Un coup j’assume le fait que je suis une femme. Un coup je ne me sens comme appartenant ni à l’un, ni à l’autre.
Vous en pensez quoi vous ? 
Peter James

Salut Peter James!

Avant tout, je te remercie de faire confiance à Alterhéros pour poser ta confidence. Si je comprends bien ta question, tu te poses des questions sur ton identité de genre, car si tu as été identifiée comme fille à la naissance, tu rejettes les stéréotypes féminins et tu te sens plus à l’aise avec ceux qui concernent les garçons. Tu exprimes aussi des craintes face à la réaction de ton père si tu décides d’adopter une identité de genre masculine. J’ai lu aussi que tu as l’impression que tes questionnements sont moins importants que d’autres qu’on reçoit. Je te rassure tout de suite, tes questionnements sont pertinents, valides et tu es loin d’être la seule personne à se poser ce genre de questions.

 

Tu peux toujours nous envoyer un courriel et nous serons toujours heureux et heureuses de te répondre et ce, indépendamment du sujet. J’avais les mêmes questionnements que toi à l’adolescence. Je me demandais si j’étais un garçon, car je ne voulais absolument pas être une petite fille rose bonbon comme je voyais les médias et la société me pousser comme modèle identitaire. C’est un refus qui est partagé par beaucoup de femmes, car le modèle classique perpétré dans les médias et par la société est qu’une femme devrait être soumise, coquette, discrète et adopter des loisirs passifs tels que la lecture ou le tricot. Elle devrait aussi vouloir plaire aux garçons à tout prix. C’est un modèle problématique, puisqu’il diminue les femmes à un rang inférieur que les hommes. Il serait donc tout à fait logique de vouloir être un homme dont le modèle stéréotypé donne une impression de liberté, de force et d’ambition. Ces stéréotypes de genre sont difficiles à éliminer dans notre société, mais tu peux trouver facilement des modèles féministes dans les médias qui vont à l’encontre de ce modèle oppressif. Comme tu sembles aimer les dessins animés, je te conseille Steven Universe, Adventure Time ou Legend of Korra pour y retrouver des modèles de féminité peut-être plus proches de ce que tu revendiques.

 

À l’adolescence, les rôles de genre sont plus prononcés que dans la vie adulte. À l’adolescence, nous essayons de comprendre qui nous sommes et certaines personnes trouvent plus facile de se baser sur les rôles de genre traditionnels pour bâtir leur propre identité. Tu es une personne chanceuse (oui, oui!) car tu ne t’imposes pas ces prisons intellectuelles que sont les rôles de genre stéréotypés. Tu as des passions et des intérêts qui sont les tiens et cela fait de toi la personne que tu es : une personne à part entière qui n’est pas défini par son genre. Est-ce qu’on peut aimer des choses traditionnelles à son sexe et être heureux.se? Bien sûr que oui! Mais ces choses ne devraient pas être imposées. Éventuellement, tu vas trouver des ami.e.s qui vont t’accepter pour la personne que tu es. Peut-être même que ces ami.e.s sont les mêmes que tu as déjà mais qu’ils et elles n’ont pas encore fait le cheminement qu’il faut pour être en paix avec les personnes qu’elles sont elles-mêmes.

 

Je ne dis pas que tu ne devrais pas te poser de question sur ton identité de genre, je veux simplement te rassurer sur le fait que ce n’est pas parce que tu as l’impression que ce serait plus simple d’être un garçon que tu en es un. Peut-être que tu es un homme et je t’encourage à réfléchir sérieusement sur la question (et n’hésite pas à nous écrire de nouveau à ce sujet si tu en ressens le besoin 🙂 ! ) Par contre, tu peux être une femme extraordinaire sans pour autant aimer le rose ou jouer aux Barbies. Être une femme, ce n’est pas aimer certaines choses : c’est simplement comment tu souhaites t’identifier ou non. Dis-toi aussi que les garçons sont aussi contraints par les rôles de genre traditionnels et que certains en souffrent comme toi.

 

Je t’invite à réfléchir à ce qu’être une fille ou un garçon signifie pour toi. Je te souhaite aussi beaucoup de courage, car l’adolescence est une période qui est par moment extrêmement difficile.

N’hésites pas à nous recontacter si tu as besoin de te confier ou des questions, nous serons là pour toi.

Merci de nous faire confiance!

Amélie Bouchard


About Amélie Bouchard

Étudiante au BAC en Sexologie à l'UQAM. Passionnée de la sexualité alternative et des modèles amoureux modernes. Intervenante chez AlterHéros depuis 2017.

Leave a comment