Suis-je gay ? J’aime la pénétration anale…


Bonjour,

Je suis vraiment perdu et j’aimerais discuter et parler avec des personnes.

Pendant longtemps, j’ai été addict au porno gay (avec quelques phases hétéro).
L’année dernière, j’ai arrêté, il y a eu quelques soubresaut, mais globalement, j’avais arrêté.

Fin décembre/début janvier, j’ai rencontré une fille et nous avons commencé à faire l’amour et s’aimer, seulement, pour une raison inconnue, mon cerveau m’envoyait des images violente (« j’avais peur de lui faire mal »), puis sa s’est calmé

Ensuite, comme cette relation n’est pas officiel, des gens on commencer à nous mettre des bâtons dans les roues, et une fois, j’étais tellement angoissé que j’ai pas pus le faire et dans ma tête, ce fut « je suis gay ». Il m’a fallu du temps pour me remettre de cela.

Seulement, une autre angoisse arriva, juste en zappant à la TV, sur la série N-Y unité spéciale pour les victimes de crime sexuel.
L’enfer commença pour moi, voir un enfant m’angoisse comme pas possible au point que mon pénis se rétracte.

Cela m’a énormément mis la pression au point que je lui est parlé et dis peut-être suis-je gay et a accepter que je fasse une expérience homo en tant qu’actif.
Comme pour ma première expérience en tant que passif, cela ne m’a pas convaincu. Mais, depuis elle m’a proposé que l’on achète un gode-ceinture (gc) et nous aimons cela.

Étant donné le type de relation que vous avons (je suis son amant), son copain (un PN) sait qu’elle « discute » avec quelqu’un, mais je suis un fantôme pour lui.
Cependant, il essaye à tout pris de nous prendre la main dans le sac.

Ce qui est perturbant maintenant, c’est que je l’aime, mais la dernière fois qu’elle m’a sodomisé avec le gc, c’est tellement bon, que je me suis dis « dommage que ce n’est pas un homme »… Je suis en conflit avec moi-même.

Enfin, tout cela pour dire, pour demander comment savoir ?
Quel test, quel indices, quels questions je dois me poser pour savoir.
Comment gérer l’amour avec une fille et en même temps, se poser toute ces questions sans réponse.

J’avais penser et je pense tjrs à peut-être que je suis bisexuel, mais c’est tellement vaste.

Stéphane

 

Bonjour Stéphane!

Je vois que vous avez déjà amorcé une belle réflexion et je suis contente que vous ayez fait appel à nous pour vous aider à éclaircir tout ça!

La sexualité est un ensemble complexe de plusieurs facteurs et, même lorsque l’on considère l’orientation sexuelle en soi, il y a plusieurs facettes :

  1. l’attirance (de quel(s) genre(s) sont les personnes avec qui l’on s’imaginerait avoir des comportements sexuels)
  2. les comportements (de quel(s) genre(s) sont les personnes avec qui l’on a des comportements sexuels)
  3. l’identité (à quelle orientation sexuelle on s’identifie : hétéro, gai, bi, etc).

Souvent, ces trois aspects vont dans le même sens, mais il peut arriver qu’ils diffèrent un peu les uns des autres. Par exemple, une personne pourrait ressentir de l’attirance sexuelle pour les hommes et les femmes, mais n’avoir eu d’expériences qu’exclusivement avec des hommes. Cette même personne s’identifierait alors probablement comme homosexuelle ou bisexuelle.

 

Par ailleurs, vous avez mentionné le visionnement de pornographie. Ce sur quoi celle-ci agit, c’est sur les fantasmes, soit les scénarios imaginés qui créent de l’excitation sexuelle. Il est possible d’agir en concordance avec nos fantasmes ou de les garder dans notre imagination. Certaines pratiques sexuelles comme la sodomie (sexe anal), par exemple, peuvent avoir été associées à une excitation sexuelle lors du visionnement de pornographie gaie et s’être inscrit dans votre esprit comme fantasme. Toutefois, bien que l’on associe généralement cette pratique à l’homosexualité, elle peut tout à fait en être dissociée. Même plusieurs hommes hétérosexuels apprécient recevoir du sexe anal, car la sensation leur procure du plaisir. Si je dis ça, c’est afin de vous montrer que l’orientation sexuelle n’est pas liée avec certains types de pratiques sexuelles, mais bien liée aux personnes qui nous plaisent ou plairaient. De plus, il n’est pas à exclure que toutes ces préférences soient sujettes au changement. La sexualité est fluide et peut varier dans le temps. Ainsi, il est tout à fait possible d’avoir des préférences en termes de partenaires et de pratiques pendant un moment et d’en avoir d’autres plus tard.

 

D’un autre côté, je constate que votre relation, présentement, semble complexe. Si je comprends bien, vous et votre copine êtes amoureux l’un de l’autre et avez de relations sexuelles ensemble. Toutefois, cette dernière est déjà en couple avec un autre homme qui se doute de votre liaison. Par ailleurs, vous ne savez pas comment prendre position par rapport à elle en raison de vos questionnements sur votre propre sexualité. Je crois qu’il serait pertinent d’avoir une discussion avec votre copine afin de vous entendre sur le type de relation que vous souhaitez entretenir : voulez-vous continuer à vous voir en cachette? voulez-vous qu’elle quitte l’autre homme et que vous formiez un couple? voulez-vous prendre une pause de votre relation? Il serait important de faire le point sur vos attentes et vos désirs ensemble. Par ailleurs, si vous avez besoin de temps pour réfléchir de votre côté, faire des expériences ou que la configuration de votre relation ne vous convient plus, vous avez toujours le droit d’y mettre un terme. L’important, c’est que chaque personne impliquée dans la relation sache à quoi cela l’engage et qu’elle se sente respectée.

 

J’espère avoir pu vous aider un peu à démêler les différents aspects de la sexualité afin de mieux vous comprendre!

 

Marion, bénévole à l’intervention pour AlterHéros

 


About Marion Brodeur-Laperrière

Diplômée du baccalauréat en sexologie de l'UQÀM, Marion s'intéresse particulièrement aux enjeux LGBTQ+ et souhaite apporter son aide à cette communauté qu'est la sienne. Musicienne chevronnée et poète à ses heures, elle est un peu trop accro à Harry Potter.

Leave a comment