Je souffre d’être homosexuel, j’aimerais avoir une femme et fonder une famille…


Bonjour j’ai 20 ans et, au jour d’aujourd’hui j’ai eu plusieurs relations amoureuses avec des hommes et seulement une avec une femme, je me suis toujours senti comme homosexuel mais voilà je le vis très mal car en moi j’ai envie d’etre Avec une femme mais j’ai quelques craintes, j’ai peur de ne pas être assez viril pour elle, ne pas être assez homme en gros pour une femme, même si tout mes ex copains homme ne me trouvait pas effiminé ou « maniéré », sauf que je vois pas les choses comme ça malheureusement. Aujourd’hui je souffre d’etre Homosexuel puisque ce n’est pas ce que je désir sauf que malheureusement on ne choisis pas, je l’ai accepté pendant des années puisque j’ai eu plusieurs relations avec des hommes, mais pour mon avenir c’est pas ce que je veux j’aimerais avoir une femme et fondé une famille même si aujourd’hui c’est possible avec un homme ce n’est pas pareil je trouve… J’aimerais qu’on m’aide et qu’on m’éclaire s’il vous plaît…

Florian

 

Bonjour Florian !

 

Merci de ta confiance envers AlterHéros. Si je comprends bien ta situation, tu dis avoir eu plusieurs relations avec des hommes et une relation avec une femme. Tu t’es toujours identifié comme homosexuel, mais tu dis le vivre plutôt mal, car tu souhaiterais plutôt bâtir ton avenir avec une femme dans l’optique de fonder une famille. Tu dis toutefois avoir peur de ne pas être assez viril, pour reprendre tes mots, ce qui semble te complexer à l’idée de construire une relation avec une femme.

Voyons voir. 🙂

Premièrement, discutons du concept de virilité ensemble. D’abord, la question de qu’est-ce que la masculinité ou qu’est-ce que la féminité est intimement liée aux stéréotypes sexuels. Conséquemment, voilà une petite définition des stéréotypes sexuels: 

« Idées traditionnelles concernant les rôles et les comportements que les hommes et les femmes devraient adopter. » (Campeau et al., 2004:196), à la page 11.
 
Toujours selon Campeau et al. (2004), les stéréotypes sexuels peuvent encourager à la fois un phénomène social, soit le fait de chercher à se conformer à différents modèles présents dans la société, sans nécessairement y parvenir.
Mais les stéréotypes sexuels peuvent également encourager un sentiment individuel, soit lorsque nous ne parvenons pas à se conformer aux modèles visés, l’individu peut intégrer ses différentes tentatives comme étant un échec. S’ensuit donc une dévalorisation de soi, un certain sentiment de honte.
En d’autres mots, lorsque tu dis ne pas être assez homme, assez viril pour une femme, cela revient à cette image préformatée que nous avons de la masculinité et de la féminité. Or, il existe autant de différentes formes de masculinités qu’il existe d’hommes sur la planète ! Par ailleurs, ce n’est pas toutes les femmes qui sont attirées envers les attributs stéréotypement associés à la virilité : les attirances sont beaucoup plus diversifiées que cela. Bref. Quels sont tes critères pour affirmer que tu n’es pas assez homme ? Peu importe ta personnalité, tes attributs ou tes qualités : tu es toi-même. Et peu importe le genre ou le sexe de la personne envers qui tu voudras t’engager, cette personne sera attirée envers Florian, tel qu’il est.
Deuxièmement, tu nous partages le fait que tu t’es toujours identifié comme homosexuel, mais que tu voudrais bâtir une relation avec une femme. Il est vrai que l’orientation sexuelle ou romantique est un concept fluide : c’est-à-dire que l’orientation peut parfois varier dans le temps, selon les contextes ou au fil de différentes rencontres. Après tout, rien n’est entièrement noir ou blanc, c’est-à-dire qu’entre les pôles homosexuel et hétérosexuel, il existe une multitude de zones de gris où il est possible de s’identifier. Par rapport à cela, est-ce qu’il y a certains attributs que tu trouves plus attirant chez une femme que chez un homme ? Mis-à-part la question de la famille sur laquelle nous allons discuter sous peu, qu’est-ce qui t’allume à l’idée d’être avec une femme ? À l’inverse, qu’est-ce qui te rend malheureux ou heureux à l’idée d’être avec un homme ? Ressens-tu un inconfort avec le fait d’avoir eu des partenaires sexuels ou amoureux de genre masculin ? Ressens-tu une forme de honte à cette idée ? Est-ce que le fait d’être avec une femme favoriserait ton bien-être ? Qu’est-ce qui serait différent avec le fait d’être avec une femme au lieu d’un homme ?
Toutes ces questions sont d’abord et avant tout des questions ouvertes : c’est-à-dire que tu es le seul à pouvoir y répondre. Je me permets toutefois de pousser un peu plus loin ces questions qui visent, après tout, qu’à pousser tes réflexions personnelles. Est-ce que ta volonté de bâtir une relation avec une femme serait pour satisfaire aux attentes sociales de notre société ? Ressens-tu une pression à fonder une famille avec une femme au lieu d’un homme ? Qu’est-ce qui, selon toi, est différent entre le fait de fonder une famille avec un homme au lieu d’une femme ?
Même en 2019, l’environnement social dans lequel nous grandissons nous pousse parfois à entrevoir l’hétérosexualité comme le seul modèle relationnel valide et légitime. Dans ce contexte où l’homosexualité et la bisexualité n’obtiennent pas toujours la reconnaissance sociale dont nous souhaitons, où la diversité des orientations sexuelles n’est pas discuté dès l’enfance, où les perceptions négatives de ces orientations sont encore propagées par certaines personnes, il peut arriver que nous ayions soi-même intériorisé une certaine honte de notre propre appartenance à la diversité sexuelle. Le fait de ne pas réussir à atteindre les rôles traditionnels prescrits par les stéréotypes sexuels peut donc créer cette forme de honte et de désarroi chez plusieurs personnes qui ne se reconnaissent pas dans le modèle hétérosexuel dominant. Est-ce que te rejoint ?
Bref, peu importe le fait si tu es en relation avec une femme ou un homme, l’important c’est ton bien-être personnel. Tu es l’expert de ta propre situation, tu es donc mieux placé que quiconque pour déterminer ce qui peut favoriser ton émancipation. Est-ce que tu te sens plus confortable de construire une intimité avec un homme ou avec une femme ? Ou les deux ? Et au lit, tu préfères la proximité d’un homme ou d’une femme ? Ou les deux ? Quand tu ressens de l’excitation, de l’attirance, des désirs : est-ce que c’est plus envers des hommes ou plus envers les femmes ? Ou les deux ? Sur la voie publique, au restaurant ou au bar, te sens-tu plus confortable d’être avec un homme ou une femme ? Et pourquoi ? Est-ce que le regard des autres a un impact sur ta réflexion ?
Les orientations sexuelles, que ce soit l’homosexualité, la bisexualité, l’asexualité ou l’hétérosexualité sont toutes autant valides l’une que l’autre. Et tout comme les orientations sexuelles, les modèles de familles sont également tous valides. Que ce soit une famille monoparentale, homoparentale ou hétéroparentale, tous ces modèles font partie des expériences diversifiés de la parentalité. Par ailleurs, une étude sur les pères gais a récemment été publiée au Québec. Tu peux cliquer ici pour consulter un bref résumé. Cette étude démontre que les pères homosexuels se montrent plus investis et équitables que les pères hétérosexuels dans le partage des tâches parentales… Comme quoi que des pères gais font d’excellents parents, au même titre que des parents hétérosexuels. 🙂
J’espère avoir pu t’éclairer partiellement dans tes réflexions. N’hésite pas à nous contacter de nouveau si tu en ressens le besoin. Nous sommes là pour toi, Florian !

Guillaume, coordonnateur de l’intervention pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Il adore déposer ses orteils dans l'eau salée et rester beaucoup trop longtemps sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment