Ma blonde et moi sommes plutôt sexuellement soumises… Qu’est-ce qu’on pourrait faire pour que ça aille mieux entre nous deux ?


Salut, je vous réenvoie ma question. En gros je suis en couple depuis un peu de temps avec une autre fille. Les deux on est vrm timides mais on s’aime et on veut être ensemble pour du long therme. Sauf que ca devient un peu compliqué pour l’intimité. Quand je suis avec ma blonde j’aurais le goût qu’elle m’arrache mon linge, me plaque contre le lit, me morde, me donne des ordres, me mange en affamé, sois excitée de me doigté, me strape avec assurance, etc. J’aime ca être prise en charge et avoir une amoureuse qui est dominante sexuellement, Le problème c’est que ma blonde est pareil comme moi . Les deux on est vrm plus submissive. Donc c’est dur pour nous d’être celle qui commence les rapprochements sexy vu qu’on aime mieux réagir que de commencer. Donc des fois c’est vraiment beaucoup de jours entre les fois pour faire l’amour parce que personne s’essaye vraiment… CEt c’est dur d’être dominante pour l’autre. Comme j’avais dit on a comme l’air de deux mitaines qui essayent les deux de se glisser en dessous de l’autre…. ca ne marche pas bien dans ce temps là. On n’en a parlé un peu mais on est timide et aussi ca tourne un peu en rond pcq les deux quand on essaye de prendre des tours pour dominer plus l’autre sent que c’est un peu off, pas vrm naturel – sincère ou confortable…. On pourrait faire quoi pour que ca aille mieux entre nous deux? Est ce que ca veut dire que notre relation et notre sexualité est dommed depuis le début? On a pas envie de se laisser ou de voir d’autre monde. Et on aimerait ca que faire l’amour soit excitant pour nous. Mais on dirait que ca nous laisse plus stressée ou décue. On a bcp envie de l’autre mais en pratique c’est pas comme dans notre tête. Et aussi c’est gênant pcq les couples sont sensés être content de faire bcp l’amour et que ce soit bon. Aussi plus au début des relations. On se sent malaise pr notre entourage qui pense que c’est vrm hot entre nous et tout… Par rapport aussi à nos autres amies lesbis qui se moquent ou se vantent par rapport aux filles qui le font avec des gars, qu’entre deux femmes c’est tellement meilleur et la cascade d’orgasmes et tout… C’est comme si on était pas bonne alors on se sent mal. Comment on pourrait faire pour que ca soit mieux?
Merci
Ano

Bonjour Ano! Je te remercie premièrement pour ta question et j’espère que ma réponse te viendra en aide.

Si je comprends bien ta situation, tu dis que ta copine et toi préférez toutes les deux être en position de soumission pendant vos rapports sexuels. Selon tes mots, cela vous crée une certaine gêne de part et d’autre. Tu dis également ressentir une certaine pression liée à la performativité de la sexualité, notamment auprès de ton entourage lesbien. Dans ce contexte, tu nous demandes comment faire pour dynamiser votre sexualité. Est-ce bien cela?

Explorer sa sexualité, peu importe son orientation sexuelle, n’est pas une tâche facile. Lorsque j’ai fait mon coming-out, je pensais que le sexe lesbien allait être tellement plus simple, excitant, facile, mais au contraire! Le sexe était différent avec chaque nouvelle partenaire, je pensais que si j’étais “doué.e au sexe” mon expérience allait être similaire et incroyable à chaque fois. Comme tu l’as mentionné dans ta question, beaucoup d’amies lesbiennes me disaient que “le sexe avec les filles c’est tellement plus facile!”, “un orgasme après l’autre !”. La réalité fut finalement encore plus excitante ! Toutes mes futurEs partenaires sont des personnes différentes et j’ai réalisé que je serais aussi différentE dans chacune de ces relations. J’ai éventuellement appris que le sexe, c’est pas juste une question de “talent” et “expérience”, mais surtout une question de communication et de consentement. Parler de sexe s’avéra super excitant et a rendu mes expériences de relations sexuelles BEAUCOUP plus plaisantes.

Donc, ma première recommandation, c’est de parler de sexe avec ta partenaire : qu’est-ce qu’elle a envie, qu’est-ce que tu as envie, quels sont vos fantasmes respectifs, etc. Il y a plusieurs listes de fantasmes sur internet, donc n’hésitez pas à faire une petite recherche. Vous pourriez même monter un scène sexuelle ensemble. C’est une pratique qui se fait très souvent dans les milieux BDSM, où deux ou plusieurs personnes se rencontrent pour planifier un scénario sexuel. Être dans une position dominante sexuellement parlant peut être intimidant, mais s’il y a un plan de défini et que ce plan est discuté préalablement… dominer devient un peu moins stressant! Sur ce, il est important de se rappeler que la sexualité est loin d’être une chose binaire (top / bottom)! Par exemple, il m’arrive de préférer être soumisE pour un acte sexuel et dominantE pour un autre. La seule manière de le découvrir, c’est en discutant et par essai / erreur. La sexualité est un terrain d’apprentissage quotidien après tout ! Il est tout à fait sain et magnifique de se permettre d’explorer de nouveaux scénarios, de nouvelles zones ou de nouveaux jouets. 

Sexter peut aussi être une bonne façon de découvrir ce que toi et ta partenaire aimez sexuellement. La distance physique peut aider à passer par dessus sa gêne ! Vous pouvez discuter de différents actes sexuels ensemble et ensuite essayer par texto pour tester. Je vous recommande aussi de trouver un “safe word”, lorsque vous essayez des nouvelles choses sexuellement. Personnellement, j’utilise la technique des feux de signalisation, vert quand c’est vraiment bien, jaune quand c’est pas super et rouge quand c’est un gros non non ! Ainsi, vous pouvez tester des choses sans avoir peur de dépasser les limites de l’autre. Et après un rapport sexuel, il est aussi possible de prendre un moment pour discuter de vos impressions : ce qui vous a particulièrement plu, ce qui vous a rendu inconfortables, ce que vous auriez aimé faire de différent, etc.

Les désirs sexuels sont différents pour chacunE, être en relation ne t’oblige pas à avoir beaucoup de sexe non plus. C’est à chaque individu et à chaque couple à définir sa sexualité. Le but premier de la sexualité n’est pas nécessairement l’orgasme, ça serait réducteur sur tout le processus et le contexte entourant chaque pratique sexuelle, non ? L’important, c’est de découvrir comment vous pouvez avoir du plaisir et prendre soin du plaisir de l’autre. Tranquillement, il peut s’avérer possible de prendre du plaisir à offrir du plaisir à sa partenaire. 

J’ai mon collègue Guillaume, homosexuel et pratiquant le BDSM, qui aimerait également ajouter un petit mot à ma réponse, ces prochains mots seront donc de sa propre expérience ! 🙂

»Salut Ano ! Simplement, pour compléter les paroles de June. Ton message m’a pas mal interpellé, surtout en ce qui concerne la question des préférences sexuelles. J’ai longtemps été uniquement bottom, en termes de sexualité. En quelques sortes, j’ai longtemps trouvé plus »facile » d’être en position de soumission par rapport à mon/mes partenaires. Le fait de prendre la position de »dominant » m’intimidait un peu. Bref, mon message se veut davantage une invitation à l’exploration, une invitation à essayer, dans un climat sécuritaire et sans jugements, des pratiques sexuelles dont vous n’êtes habituellement pas les initiatrices. En guise d’exemple, j’ai découvert depuis quelques temps le grand univers des cordes à travers des cours de Shibari s’offrant dans certains studio de Montréal. Bien que me faire attacher a toujours été une grande source d’excitation pour moi, je prends également de plus en plus plaisir à donner à des partenaires ces mêmes expériences. La corde a été une façon pour moi de comprendre que la sexualité est d’abord et avant tout une question de connection entre les partenaires, et qu’il est possible de trouver et de multiplier ces différentes formes de connections. La corde incite également une connection particulière avec le.la partenaire : être constamment à l’écoute de son confort, de son plaisir, de ses limites, à travers les différentes réactions de son corps, de ses yeux, de son sourire. La corde est un exemple parmi tant d’autres, c’est simplement pour démontrer qu’il est possible d’explorer des nouvelles pratiques sexuelles à l’extérieur de ce que nous avons traditionnellement l’habitude, et que ces nouvelles pratiques sexuelles ont la potentialité de dynamiser une sexualité entre partenaires en développant une confiance particulière entre les parties. 🙂 »

Voilà Ano ! J’espère que ces mots ont pu nourrir un peu tes réflexions. N’hésite pas à nous écrire à nouveau au besoin. 🙂

June & Guillaume, pour AlterHéros


About June

Hey mon nom c’est June, mes pronoms sont il/they(Anglais) . Je suis une personne queer non-binaire trans-masculine! J’étudie en étude féministe et j’ai fais de l’intervention en Centre LGBTQ+ de Montréal. Je peux parler pendant des heures d’enjeux trans et queer, d’éducation sexuelle et de jouets érotiques ! Je suis l’heureux papa de plusieurs plantes et j’aime beaucoup porter des chemises à motifs.

Leave a comment