Je me sens de plus en plus mal à l’aise vis-à-vis de mon corps et de moi-même, suis-je trans?


Bonjour, je me présente, je m’appelle Quentin, j’ai 23 ans, et je suis perdu, je ne sais pas qui je suis..

Ça fait environ 10 ans que je me pose des questions sur moi-même, en l’ayant gardé pour moi des années.

J’ai toujours vécu ma vie en tant qu’homme, mais je me pose des questions depuis que j’ai environ 12 ans, et j’ai déjà fait quelques petites « expériences » dans ma jeunesse mais chez les parents j’étais pas trop libre d’essayer de faire beaucoup de choses. Depuis que j’habite seul, en revanche, j’ai pu faire différents « essais » (je sais pas trop quel mot utiliser, expériences, essais…), mais toujours seul chez moi, en cachette en vérité, mais j’ai acheté des habits, du maquillage, enfin de quoi me travestir et en faisant ça, ben.. J’ai eu l’impression de découvrir un autre moi, une autre moi en fait, je me suis senti bien, alors j’ai continué à le faire comme je le fais encore, mais toujours en cachette. À la longue j’ai même fini par me donner un nom de femme (Manon, que j’aime utiliser sur internet entre autres), et à me faire passer pour une femme sur internet, et je me sens bien de cette façon ça me permet de faire sortir une partie de ce que j’ai gardé longtemps pour moi secret. J’en ai, difficilement, mais par besoin, parlé à quelques amis, qui l’ont d’ailleurs très bien pris, et qui m’ont conseillé de me rapprocher d’associations. Malheureusement j’habite dans la cambrousse et il n’y a rien près de chez moi, c’est la raison de ma présence ici, mes amis, même s’ils me soutiennent, ne peuvent pas vraiment m’aider à répondre à mes questions. Je ne me suis jamais vraiment senti totalement à l’aise avec mon corps, et je me demande si je ne serai pas une femme en réalité au fond de moi. Ça peut paraître cliché, mais j’ai toujours plutôt été dans des cercles d’amis féminins, j’ai tendance à me sentir mieux compris et plus à mon aise avec des femmes. D’un autre côté j’ai quand même également toujours été à l’aise entouré d’hommes, avec des activités plutôt « masculines ».

Depuis à peu près un an et demi j’y pense de plus en plus et me sens de plus en plus mal à l’aise vis à vis de mon corps et de moi-même, je me pose de plus en plus de questions, et je suis complètement perdu…

Merci bien sûr d’avoir pris le temps de me lire c’est un peu long je sais, mais je me pose vraiment énormément de questions…

Quentin

 

Salut Quentin !

Merci de la confiance que tu portes envers AlterHéros! Si je comprends bien ta situation, tu sembles te questionner concernant ton identité de genre. Tu explores de plus en plus une représentation de toi au féminin via certains vêtements et maquillage, tout en te présentant comme une femme sur Internet. Tu affirmes également ressentir un inconfort par rapport à ton corps. Tu nommes également que tu te sens plus confortable auprès d’amies filles qu’auprès de garçons. Voyons voir ! 🙂

D’abord, je te suggères un exercice tout au long de ma réponse. Je vais me permettre de te genrer au féminin, c’est-à-dire que j’utiliserai des accords et des adjectifs au féminin pour ta décrire ta situation. Tu pourras évaluer par toi-même comme tu te sens lorsque je m’adresse à toi de la sorte, si cela te rend heureuse ou plutôt inconfortable. Qu’en dis-tu?

La question de l’identité de genre est quelque chose de très personnel. Pour paraphraser les mots de ce merveilleux guide de Dominic Dubuc, »l’identité de genre n’est pas un simple refus de se conformer aux stéréotypes de genre. C’est un sentiment profond, intime et personnel au sujet d’un aspect de sa propre identité. » Plus précisément, »L’identité de genre désigne le genre auquel une personne s’identifie, sans égard à ce que la ou le médecin a coché sur son acte de naissance (sexe
assigné à la naissance); c’est un sentiment profond et intime. Pour cette raison, seule la personne peut affirmer son identité (auto-identification) et s’engager, s’il y a lieu, dans un parcours de transition qui lui convient. Le genre est un continuum d’auto-identification généralement entendu comme ayant deux pôles, l’un masculin et l’autre féminin, mais toutes les nuances entre ces deux pôles ou à l’extérieur de ces deux pôles sont aussi possibles, personnelles et légitimes. »

Définir son identité de genre peut être simple pour certaines personnes, plus complexe pour d’autres. C’est normal! Parfois, il faut se laisser l’espace nécessaire à réfléchir et explorer. Peut-être es-tu plus à l’aise avec le prénom Manon que Quentin, peut-être aimerais-tu que tout ton entourage puisse te genrer au féminin, peut-être aimerais-tu te montrer en public avec tes vêtements féminins et ton maquillage de temps en temps. Tout cela, c’est à toi de le définir, de trouver les mots nécessaires pour décrire ton genre et comment tu te sens à l’intérieur. Il m’est donc impossible de répondre à ta place directement à savoir si tu es une femme, une personne non-binaire ou un homme.

Tu dis que tu apprécies te vêtir avec des vêtements socialement associés à la féminité et porter du maquillage lorsque tu es seule chez toi. Tu utilises par ailleurs l’expression travestir pour décrire cette forme d’exploration. Pour reprendre les mots de ce guide, une personne travestie est une personne qui, de manière occasionnelle, va apprécier présenter une expression de genre contraire à son identité de genre habituelle. Une personne peut apprécier se travestir à des fins d’excitation sexuelle par exemple ou pour se sentir confortable à certains moments. De manière générale, une personne travestie ne s’identifie pas comme trans, c’est-à-dire que cette personne n’envisage pas une quelconque forme de transition. Est-ce que le fait que tu aimes te travestir fait de toi une femme trans ? Ça dépend. Je vais me permettre de te poser quelques questions pour t’aider dans tes réflexions.

Dans la vie de tous les jours, aimerais-tu porter les vêtements et le maquillage associés à Manon? Lorsque tu portes ces vêtements et ce maquillage, comment te sens-tu? Belle, heureuse, confiante? Est-ce que c’est quelque chose qui te procure un certain plaisir sporadique, ou c’est quelque chose qui est intimement lié à ton bien-être personnel? Est-ce que tu aimerais porter ces vêtements en présence de tes ami.e.s proches à qui tu as partagé tes questionnements? Tu dis ressentir un inconfort avec ton corps: qu’est-ce qui te rend particulièrement mal à l’aise avec ton corps?

Tu sembles me partager que tu as déjà parlé de tes interrogations avec quelques personnes de ton entourage. C’est merveilleux de voir que tu as un cercle social compréhensif et soutenant! Même si tes ami.e.s ne sont pas nécessairement membres des communautés trans, le simple fait de pouvoir en parler ouvertement à leurs côtés peut être d’un grand soutien, voire même libérateur pour toi! Tu dis que tu t’es toujours sentie plus proche des filles que des garçons : ceci n’est pas nécessairement un signe sur ton identité de genre. Certains garçons, hétérosexuels ou homosexuels, vont se sentir plus proches des filles que des garçons toute leur vie. C’est une question de personnalité et d’intérêts d’abord et avant tout.

Tes ami.e.s t’ont déjà proposé de prendre contact avec certaines associations de support pour les personnes trans. Toutefois, tu affirmes habiter loin de centres urbains ce qui peut compliquer la prise de contact avec ces groupes. AlterHéros étant présent au Québec, il peut être complexe pour moi de te référer à une bonne association, mais je peux te proposer quelques noms quand même! As-tu vérifié parmi les membres de la Fédération trans et intersexe de France si une association serait pas trop loin de chez toi? Il est aussi possible de contacter l’association jeunesse LGBTQ+ C’est Comme Ça : cette association a une ligne d’écoute et un système de clavardage. Ces organismes pourraient également te proposer quelques groupes FaceBook où les personnes trans ou en questionnement puissent échanger en France.

Pour finir, as-tu réfléchi à la possibilité de rencontrer un.e professionnel.le de la santé, comme un.e sexologue ou un.e psychologue, à qui tu pourrais aborder tes questionnements transidentitaires? Il existe de plus en plus de professionnel.le.s de la santé ayant acquis une expertise concernant les questions liées à l’identité de genre. En contactant les différentes associations LGBTQ+ nationales que je t’ai proposées, ces associations pourraient te référer à un.e professionnel.le de ta région. Je me permets également de citer un extrait d’une réponse que j’ai écrit récemment concernant l’accessibilité au système de la santé pour les personnes trans en France:

»Puis, il y a aussi la Société française d’études et de prise en charge de la transidentité (SOFECT) a »pour objet de réunir les professionnel.le.s de la prise en charge en France des problèmes relatifs à l’identité de genre, dans un but de recherche, d’enseignement, de formation, d’information, d’organisation, de coordination, d’évaluation et d’amélioration de cette prise en charge, dans le respect du code de déontologie médicale et de la législation française. » Le réseau de Paris comporte notamment 26 spécialistes (la liste est disponible en cliquant sur ce lien). Tu peux aussi contacter la SOFECT en sélectionnant le réseau régional le plus près de chez toi en expliquant tes besoins de rencontrer un.e professionnel.le de la santé prêt à te soutenir dans tes démarches de transition : http://www.sofect.fr/contact.html »

J’espère avoir su alimenter un peu tes réflexions via cette réponse. Sens-toi à l’aise de contacter à nouveau AlterHéros si tu en ressens le besoin, pour continuer à discuter avec des personnes compréhensives de ta situation ou simplement pour nous donner des nouvelles!

Bonne route, Manon.

 

Solidairement, Guillaume


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Il adore déposer ses orteils dans l'eau salée et rester beaucoup trop longtemps sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment