Fierté sans frontières







Culture shock: do I really have to come out AGAIN?

I am a 21 year old, queer female and decided to spend my summer working in a rural area (I am originally from a large city with a strong gay community). At the beginning of the summer, I decided that I wasn't going to tell anyone at my work that I am gay because the town is small, conservative, and religious. I thought it was going to be ok for a few weeks, but I became agitated when I heard people around me use the word "faggot" and tell homophobic jokes. I thought I was fairly comfortable with my sexual orientation (I am out to my friends at college, but not my parents), but here I feel isolated and wrong all the time. It's like I've reverted back to the state I was in when I first realized that I was queer some years ago, like I'm shoving myself back into the closet. I've started questioning my sexuality again and wondering if being gay is really worth such pain and shame. I'm in culture shock in middle America and not sure what to do.





Ces gars ne sont pas racistes, mais pourtant ils ne veulent pas avoir de relation avec moi…

J'ai une douleur, frustation et une souffrance qui grandit en moi à chaque fois que j'entends cette phrase là: « Désolé mais je ne suis pas attiré par les noirs, je ne suis pas raciste mais c'est juste....» Je suis un jeune homme de race noir qui est attiré par les hommes de races blanches. Je suis conscient que ce n'est pas tout le monde qui a cette mentalité mais je ne me trompe pas quand je dis que la plupart des hommes blancs qui sont gai ne sont pas attirés par les hommes noirs homosexuels. J'ai entendu ce baratin plusieurs fois, est-ce que cela est dû aux préjugés reliés aux noirs? Les médias qui dramatise les gang de rues comme si c'était seul les noirs qui y participent. Peu importe, est-ce l'image négative qui révolte autour de nous qui fait que d'autre personne s'éloigne de nous. «Je ne suis pas raciste» mais lorsqu'il s'agit d'une relation plus sérieuse ou rapprochée, les conditions changent. C'est déprimant et je l'ai entendu souvent. Quoi faire?