Abus


Avez-vous des trucs pour qu’une rupture ne soit pas trop désastreuse?

Merci pour vos réponses continuées. Bon... Alors j'ai fait mes listes. Et après beaucoup de réflexions, de tensions, de chicanes, d'angoisse et de larmes, j'arrive devant une nouvelle sorte de question... Avez-vous des trucs pour qu'une rupture se passe pas trop désastreuse? J'ai l'impression d'arriver à un point que je ne peux plus continuer dans la même direction et c'est comme un barrage qui craque. Je pense que je ne peux pas faire durer la situation du moment, c'est comme si je n'avais pas réalisée avant comment toute mon énergie va dans quelque chose qui ne devrait pas me vider de cette manière. Mais je ne sais pas trop comment me lancer, c'est comme être devant un gros ravin. Je ne sais pas comment rassembler le courage. Je ne veux pas blesser ma copine. C'est inévitable mais j'aimerais que ce soit le moins pire possible. Je ne sais pas si c'est mieux que ce soit bref ou une très longue conversation. J'ai peur que ce soit brusque ou bien que ca tourne en rond. Je ne sais pas c'est quoi le meilleur lieu ou le meilleur moment pour être respectueuse de tout le monde. J'ai peur que ca fasse une très très grosse colère (mes amis ont proposé de m'attendre dehors mais si ma copine les voit ca sera pire). Ou qu'elle ne soit pas d'accord et qu'elle refuse qu'on se sépare. Ou encore qu'après elle soit complètement brisée et que ca soit dangereux pour son moral ou sa santé. Je ne sais pas si ca serait mieux d'avertir de ses amies ou de sa famille qu'elle passe un moment difficile, c'est toujours très important pour elle de préserver son intimité et de ne pas mêler d'autres gens à ce qui se passe entre nous. Ca la dérange vraiment quand je parle d'elle à des personnes. Je veux respecter ca mais aussi des fois on dirait des signes que ca ne marche pas comme ca devrait. Elle était vraiment fâchée que je vous ai écrit vs mes amis qui m'ont félicité que c'est bien de s'ouvrir et de chercher des solutions avec du monde neutre ou avec de l'expérience d'aide. C'est un meilleur sentiment de me sentir encouragée. Et mes amis ils n'étaient pas sur la défensive quand j'ai dit que je vous ai écrits parce que je ne savais pas comment me placer entre eux et ma copine et par rapport à avoir montré mon corps et douté de mon honnêteté. Ils ont dit que c'était normal que j'ai de la confusion et des grosses émotions et tant mieux si je pouvais en parler pour m'éclairer et m'enlever un poids. Il me semble que c'est la bonne manière d'être des amis... Que ca devrait être la bonne manière d'être des amoureuses ici. Mais je vois à quel point je n'ai pas beaucoup ca dans le quotidien avec ma copine et de moins en moins en plus. Mais c'est dur de choisir que je veux arrêter qu'on essaye de faire des efforts pour être ensemble. Juste à y penser mes mots s'étranglent dans ma gorge et ca ne serait pas ok de le faire par écrit. J'ai essayé de noter mes idées et mes sentiments mais même avec ca mon corps et ma voix bloquent pareil quand j'essaye de me pratiquer. Aussi, je suis stressée à cause des paroles de "dévoiler des histoires intimes, des messages intimes ou des images intimes". Mes amis essaient de me convaincre que c'est sûrement 99% juste pour me faire peur, que ca lui causerait plus de tort qu'à moi, etc. Ils ont suggéré de demander clairement et directement de ne pas diffuser d'informations personnelles et d'effacer toutes les images "compromettantes". Ils disent que je devrais aussi le demander par écrit pour avoir une preuve claire et avertir que c'est illégal de refuser. Est-ce que c'est vraiment illégal si elle garde des images? Ou si elle en montre mais que je suis majeure et pas nécessairement toute nue? Je me demande si ce serait une bonne précaution ou bien si ca risque d'alimenter les disputes ou de lui donner des idées.... Avez-vous des idées rassurantes et applicables pour une rupture "clean" et sans trop de drames? Merci!



J’ai vécu des abus sexuels à l’enfance et je ne sais toujours pas où j’en suis question sexualité

Bonjour. J'ai maintenant 53 ans et je ne sais toujours pas ou j'en suis question relations sexuels. Voilà ..à l'âge de 10 à 14 ANS j'ai eu des sévices sexuels d'un de les frères qui me donnait des fessées et le sodomisait. ..dernier d'une fraterie de 10 enfants il me disait que je dois me taire sinon cela fera un scandale dans LA famille. ..moi je laissais faire...voilà qu'en rentrant dans mon âge sexuel j'avais l'impression que la vie était faite pour avoir des rapports avec des hommes...au collège j'ai eu des attouchements avec des copains..et plus tard j'ai eu des copines mais j'avais l'impression que ce n'était pas pour moi et pendant des années je suis resté seul..peur de ne pas assumer avec les femmes et peut d essayer avec un homme....je ne sais plus ou j'en suis...aidez moi svp...merci pour votre soutien ... Thierry



Le fait d’être transgenre résonne en moi, je ne vais pas bien… serait-ce lié aux conflits familiaux?

Question : Bonsoir, je me présente, je suis une jeune fille de 19 ans. J'ai, depuis cet été, un dégout de moi-même, si je peux dire comme ça, et ça ne part pas. J'ai toujours eu le sentiment d'avoir quelque chose qui cloche depuis l'adolescence et c'est pour cela que j'en suis venue à m'identifier à des personnes trans. Il faut préciser que j'ai toujours été très angoissée, perdue etc, et il y a aussi depuis 2-3 que ça ne va pas du tout chez moi, bon là ça s'est "apaisé" mais il y a énormément de conflits chez moi, entre mes parents, entre mon père et moi, mon père et mes soeurs puis moi et ma mère (oui c'était le chaos), pour tout dire mon père est violent et l'a été avec moi, et c'est à la suite de ses différentes crises que ça a explosé chez moi. J'ai eu à nombreuses reprises le sentiment de voir mon monde se détruire, me plongeant je pense dans la dépression. Je parle de la relation avec mes parents car ce sont des pistes que j'ai entreprises pour comprendre ce questionnement de genre que je traverse aujourd'hui. Dans mon enfance j'étais une vraie "fille à papa", c'était lui qui s'occupait tout le temps de moi etc, c'était vraiment l'homme de ma vie, vient ensuite l'adolescence, les mini rebellions qui finissent en scène de violence ou encore moi qui défend toujours ma mère des sa violence etc, et je pense qu'à partir de là, il y a eu une rupture entre lui et moi. J'ai également grandi dans une petite école de campagne principalement composée de garçons, pour ne pas dire totalement. Tout mes camarades étaient des garçons. De tout ce dont je me souvienne, il y a quand même eu une distance entre eux et moi, je préférai aller jouer à l'intérieur, lire etc pendant qu'ils jouaient au tracteur à l'extérieur bref... Donc est-ce que je suis réellement une fille de par ce comportement, ou alors est-ce un cliché du genre, suis-je juste différente ou encore est ce que je répondais juste au cliché qu'on attend de mon genre? Vous l'aurez compris, je suis extrêmement perdue. De plus que ce questionnement est devenu un obsession depuis novembre je dirai, avant je n'y avait jamais vraiment pensé... avant j'aimais mettre du vernis, depuis quelques mois je n'en porte plus, même me maquiller n'est plus un plaisir, et pourtant ces trucs "féminins" étaient un plaisir justement, enfin je crois? et si je m'étais faite à cette idée d'être une jeune fille? le déni? Est-ce que c'est une passade ou alors j'ai toujours été dans le déni? Je sais que je suis la seule à pouvoir répondre, mais j'ai vraiment du mal à cerner ce que je veux, ou alors ce que je voudrai mais que je pourrai renier etc Le fait d'être transgenre résonne en moi, et ça m'en rend malade, car j'aimerai juste correspondre, être tranquille si vous voyez ce que je veux dire... Ou alors c'est une phase d'acceptation? Je suis perdue... j'ai aussi essayé de me masculiniser dans ma tenue, toute seule bien évidemment et dans ma chambre, pour essayer d'avoir un déclic, et ce que j'ai ressenti était très flou, pas de déclic ou quoi... donc je me trompe? il y a une phase d'acceptation? je ne suis un genre ni l'autre ? En même temps ça répondrait à beaucoup de ce sentiment de mal-être que j'ai constamment et de ne pas être moi... Autre élément qui me semble important : cela fait plusieurs années que cette phrase résonne dans ma tête : "je ne sais pas qui je suis, j'arrive pas à savoir qui je suis" j'ai envie d'hurler tellement c'est pesant de traverser tout ça, de ne pas savoir qui l'on est... c'est pire que tout. Autre chose pour que vous arriviez à me "cerner" : j'ai toujours été féminine du moins je pense, mais toujours avec un attrait je dois dire pour le comportement de mec, j'ai également beaucoup de compliments ou de regards d'homme, ce qui avant me plaisait, aujourd'hui me met mal à l'aise... je correspond aux critères de beauté de notre société (et dieu sait ce que j'en pense de leur critères) et voilà il n'est pas rare que l'on me dise "mais qu'est ce qu'elle est belle, qu'est-ce qu'elle est grande nanana" Je vous écris pour avoir quelques pistes en plus, même si je sais que la plupart des questions posées ici sont des questions auxquelles je suis la seule/le seul à pouvoir répondre... et je m'excuse par avance du brouillon qu'est mon message, mais j'ai préféré écrire la trace écrite de mon questionnement qui me vient naturellement quand j'y pense, j'espère que ça ne sera pas trop pénible à déchiffrer... merci


Enfant, mon cousin me faisait toucher ton pénis et vice-versa. Maintenant, mes désirs sexuels me gênent…

Bonjour, Quand j’avais 7 ou 8 ans mon cousin de 14 ans me touchait et me faisait toucher sa bite. Cela s’est arreté quelque mois plus tard. Mais ça ma suivie toute ma vie. Aujourd’hui j’ai 16 et bientot 17 ans, j’aime les filles et j’ai trop envie d’etre avec une en couple , mais je suis attiré par les hommes et ai des desirs sexuels pour eux (j’en ai parfois pour les filles aussi) J’ai besoin de l’aide car ça me gene beaucoup dans ma vie et m’empeche d’etre heureux


Quelles sont les initiatives de prévention des agressions sexuelles dans la communauté LGBT?

En fait je fais une revue de littérature sur la victimisation sexuel dans la communauté LGBT. Je tenais […]



Qu’est-ce qui se passe avec ma prof d’histoire? Elle ne me donne plus d’attentions particulières!

Bonsoir, Je m’appelle virginie, je suis en 1 ère depuis la 5 eme j’ai toujours eu la même prof d’histoire cependant elle me chouchoute tout le temps, me gronde quand il le faut, et une fois je l’ai vue seule avec un air triste puis elle a pleuré dans mes bras.. elle me regarde fixement à chaques cours, me sourie, veux me parler à chaque fin de cours, m’aide à réviser et on se voit même m’en weekend pour sortir, on a déraper une fois en s’embrassant mais rien n’avais changé dans notre relation. Et puis du jour au lendemain, elle m’envoie bouler, m’a dit qu’elle arrêtait les cours particuliers, elle ne veux plus m’adresser la parole, elle est froide, elle m’a dis qu’elle avait un compagnon sans que je pose de question, et puis dans les escaliers je l´ai vue avec un air triste alors je lui ai fais un signe et un sourire comme à chaque fois et elle elle m’a lancé un regard noir.. j’aimerai savoir ce qu’il cloche ?


Victime d’attouchements pendant l’enfance… Serais-je lesbienne « par défaut » ?

Je suis une jeune femme de 20 ans et je me pose encore des questions sur ma sexualité. Je suis définie comme lesbienne par mes amies, parce que je ne suis attirée que par des femmes. Pourtant j'ai l'impression au fond de moi de ne pas l'être vraiment, je me sens bi. Mais ça ne colle pas avec le dégoût que m'inspirent les relations sexuelles avec les hommes, J'ai vécu des attouchements de la part de mon père à mes 6 ans, j'ai l'impression que c'est ce qui m'a dégoûté des hommes et que je suis par conséquent lesbienne "par défaut". Est-ce possible que mon orientation ait été décidée par ces événements ? Ou est-ce que j'aurais préféré les femmes de toute façon ?


Mon copain m’a quittée, reviendra-t-il?

Bonjour sa va faire un moment que je suis plus avec mon copain c est lui qui a décider . Tout d'abord les dernières semaines il a commencer a mal me parler j'essayer de faire la copine compréhensible j'étais toujours la pour lui quand il avait des problèmes et même quand il était pas bien et qu'il me parlai mal . Mais il a décider que sa s'arrête entre nous bien sur je voulais pas je suis grave amoureuse je suis trop attacher a lui . Et depuis il se connecte même plus c'est peut être pour me montrer que vraiment il veut plus de moi je ne sais pas .Aidez moi dites moi si c'est sa . Je n'arrive pas a l'oublier je pense tout le temps a lui je l'aime toujours , je serai capable de tout pour lui a votre avis vas t il revenir . Jai eu un conseil de mon amie elle ma dit que peut être il est dans une période ou il est pas bien et qu'il veut se retrouver seul , ne tkt pas quand il ira mieux il reviendra .Quand pensez-vous aidez moi .il habite dans la même ville que moi et il sort plus , aidez m