Famille






J’ai vécu des abus sexuels à l’enfance et je ne sais toujours pas où j’en suis question sexualité

Bonjour. J'ai maintenant 53 ans et je ne sais toujours pas ou j'en suis question relations sexuels. Voilà ..à l'âge de 10 à 14 ANS j'ai eu des sévices sexuels d'un de les frères qui me donnait des fessées et le sodomisait. ..dernier d'une fraterie de 10 enfants il me disait que je dois me taire sinon cela fera un scandale dans LA famille. ..moi je laissais faire...voilà qu'en rentrant dans mon âge sexuel j'avais l'impression que la vie était faite pour avoir des rapports avec des hommes...au collège j'ai eu des attouchements avec des copains..et plus tard j'ai eu des copines mais j'avais l'impression que ce n'était pas pour moi et pendant des années je suis resté seul..peur de ne pas assumer avec les femmes et peut d essayer avec un homme....je ne sais plus ou j'en suis...aidez moi svp...merci pour votre soutien ... Thierry


3

J’ai beaucoup de questions en lien avec la transition…

Bonjour, j'ai 13 ans, j'aurais quelques questions à vous posez mais avant je me présente vite-fait. Je suis "tomboy" au cheveux court, mes parents l'accepte à peu près mais sans plus, je n'ai pas trop de problème avec mon corp sauf pour deux choses: la poitrine et la voix. Depuis que j'ai commencé à m'habiller "en mec" je me sent mieux mais ma poitrine à commencée à se développée de puis environ 2 ans et je me sens très mal, une obcession presque. Lorsque je me regarde dans le mirroir je ne vois que ça et il m'arrive de reffuser de mettre certain vêtement car d'après moi on la vois trop. J'ai beau avoir une "petite poitrine" ( d'après mon entourage), ça me pourrit la vie (d'autant plus que je met rarement des bracières, cela me serre et je deteste cela depuis toujours (les bracieres sont à ma taille je précise)). En été j'en ai honte, je ne vous parle mème pas au moment de choisir le maillot de bain et d'aller à la piscine, UNE HORREUR ! Pour ce qui est de ma voix, c'est pas aussi pénible mais disons que j'aimerais avoir une voix plus masculine... Étant donné que j'ai une visage assez féminin je trouve (grosse lèvres par exemple) j'aimerais que ma voix soit bien au moins. J'en profite pour parler prénom, je ne sais pas trop si je me sens plus garçon que fille, si je suis trans donc je ne sais pas si je tiens vraiment à changer de prénom. En revanche, si je venais à en changer, je choisirais probablement 《Jírka》 (prénom tchèque, je suis à moitié tchèque donc voila =D). Maintenant mes questions: -Est-ce possible de changer de prénom pour prendre un prénom non français (si on vit en france etc..), le choix est libre ? -Comment cacher sa poitrine (en été par exemple) sans avoir recourt au binder (que je ne pourrais probablement pas me procurer vu mon âge et que mème si je pouvaism je ne saurrais comment demander à mes parents) ? Y a t-il un moyen de reduire la taille de sa poitrine naturellement ? -Comment faire pour que cela ne soit plus une obsession ? -Est-ce possible d'arrêter la croissance de sa poitrine ? -Y a t-il un moyen de rendre sa voix plus grave ? J'aimerais bien voir un psy de temps en temps, pour me confier, comment demander/annoncer ça à mes parents ? Voilà je pense que j'ai à peu près tout dit pour l'instant, j'attends vôtre réponse avec impatiente =) !


J’aimerais qu’à l’école on me considère comme un garçon sans que tout le monde sache que je suis trans

Je vais rentrer l'année prochaine au Lycée dans une autre ville en internat Je suis trans et j'aimerais que à l'école on me considère comme un garçon et utilise le bon prénom pour moi mais je ne veux pas que tout le monde soit au courant que je sois trans et juste être considéré normalement J'ai pensé à envoyer un e-mail au lycée mais j'ai peur que le lycée soit transphobe et ayant une très mauvaise relation avec ma mère je ne veut pas qu'ils l'informent Donc je voulais savoir qu'est ce que je peux faire pour aller au lycée en tant que garçon ? (Je passe moyennement bien mais d'habitude lorsque je leur dit que je suis pas une fille on me prend juste pour un garçon efféminé et j'ai de bons résultats en cours donc je pourrais pour être jouer sur ça) Merci beaucoup d'avoir lu



Le fait d’être transgenre résonne en moi, je ne vais pas bien… serait-ce lié aux conflits familiaux?

Question : Bonsoir, je me présente, je suis une jeune fille de 19 ans. J'ai, depuis cet été, un dégout de moi-même, si je peux dire comme ça, et ça ne part pas. J'ai toujours eu le sentiment d'avoir quelque chose qui cloche depuis l'adolescence et c'est pour cela que j'en suis venue à m'identifier à des personnes trans. Il faut préciser que j'ai toujours été très angoissée, perdue etc, et il y a aussi depuis 2-3 que ça ne va pas du tout chez moi, bon là ça s'est "apaisé" mais il y a énormément de conflits chez moi, entre mes parents, entre mon père et moi, mon père et mes soeurs puis moi et ma mère (oui c'était le chaos), pour tout dire mon père est violent et l'a été avec moi, et c'est à la suite de ses différentes crises que ça a explosé chez moi. J'ai eu à nombreuses reprises le sentiment de voir mon monde se détruire, me plongeant je pense dans la dépression. Je parle de la relation avec mes parents car ce sont des pistes que j'ai entreprises pour comprendre ce questionnement de genre que je traverse aujourd'hui. Dans mon enfance j'étais une vraie "fille à papa", c'était lui qui s'occupait tout le temps de moi etc, c'était vraiment l'homme de ma vie, vient ensuite l'adolescence, les mini rebellions qui finissent en scène de violence ou encore moi qui défend toujours ma mère des sa violence etc, et je pense qu'à partir de là, il y a eu une rupture entre lui et moi. J'ai également grandi dans une petite école de campagne principalement composée de garçons, pour ne pas dire totalement. Tout mes camarades étaient des garçons. De tout ce dont je me souvienne, il y a quand même eu une distance entre eux et moi, je préférai aller jouer à l'intérieur, lire etc pendant qu'ils jouaient au tracteur à l'extérieur bref... Donc est-ce que je suis réellement une fille de par ce comportement, ou alors est-ce un cliché du genre, suis-je juste différente ou encore est ce que je répondais juste au cliché qu'on attend de mon genre? Vous l'aurez compris, je suis extrêmement perdue. De plus que ce questionnement est devenu un obsession depuis novembre je dirai, avant je n'y avait jamais vraiment pensé... avant j'aimais mettre du vernis, depuis quelques mois je n'en porte plus, même me maquiller n'est plus un plaisir, et pourtant ces trucs "féminins" étaient un plaisir justement, enfin je crois? et si je m'étais faite à cette idée d'être une jeune fille? le déni? Est-ce que c'est une passade ou alors j'ai toujours été dans le déni? Je sais que je suis la seule à pouvoir répondre, mais j'ai vraiment du mal à cerner ce que je veux, ou alors ce que je voudrai mais que je pourrai renier etc Le fait d'être transgenre résonne en moi, et ça m'en rend malade, car j'aimerai juste correspondre, être tranquille si vous voyez ce que je veux dire... Ou alors c'est une phase d'acceptation? Je suis perdue... j'ai aussi essayé de me masculiniser dans ma tenue, toute seule bien évidemment et dans ma chambre, pour essayer d'avoir un déclic, et ce que j'ai ressenti était très flou, pas de déclic ou quoi... donc je me trompe? il y a une phase d'acceptation? je ne suis un genre ni l'autre ? En même temps ça répondrait à beaucoup de ce sentiment de mal-être que j'ai constamment et de ne pas être moi... Autre élément qui me semble important : cela fait plusieurs années que cette phrase résonne dans ma tête : "je ne sais pas qui je suis, j'arrive pas à savoir qui je suis" j'ai envie d'hurler tellement c'est pesant de traverser tout ça, de ne pas savoir qui l'on est... c'est pire que tout. Autre chose pour que vous arriviez à me "cerner" : j'ai toujours été féminine du moins je pense, mais toujours avec un attrait je dois dire pour le comportement de mec, j'ai également beaucoup de compliments ou de regards d'homme, ce qui avant me plaisait, aujourd'hui me met mal à l'aise... je correspond aux critères de beauté de notre société (et dieu sait ce que j'en pense de leur critères) et voilà il n'est pas rare que l'on me dise "mais qu'est ce qu'elle est belle, qu'est-ce qu'elle est grande nanana" Je vous écris pour avoir quelques pistes en plus, même si je sais que la plupart des questions posées ici sont des questions auxquelles je suis la seule/le seul à pouvoir répondre... et je m'excuse par avance du brouillon qu'est mon message, mais j'ai préféré écrire la trace écrite de mon questionnement qui me vient naturellement quand j'y pense, j'espère que ça ne sera pas trop pénible à déchiffrer... merci


Est-ce qu’il y a des maisons d’accueil pour les jeunes rejetés par les parents lorsqu’ils font leur coming-out?

Bonjour, je suis en plein projet à mon école. :3 J'ai tellement de question! Quoi faire si on fait un coming out, mais nos parents nous rejettes Est-ce qu'il y a des maisons d’accueils pour des jeunes rejetés par nos parents. S'il vous plait j'aimerais bien avoir des réponses, parce que c'est comme chercher une aiguille dans une école de foin. Ysse


Sera-t-il possible de fonder une famille même si je suis attiré sexuellement par les hommes?

Rebonjour, Permettez-moi de m'adresser encore une fois vers vous, vu que j'ai pas pu me dépasser entièrement de mon questionnement (meme si je me sens mieux), je voudrais juste vous poser quelques questions relatives à votre premier email. Vous m'avez dit que meme si je suis attiré sexuellement par les hommes, il me sera possible de fonder une famille et de vivre une vie qui correspond à mes valeurs, comment cela peut arriver ? Est-ce que vous en avez des témoignages et des exemples ? Cela aura t-il un rapport avec mon coté sexuel actif que vous en êtes venu à la conclusion ? Peut-on faire l'amour avec son sexe opposé même si on en est attiré que émotionnellement ? Il est vrai que l'amour et la sexualité sont très vastes, mais je voudrais juste avoir plus d'informations concernant ce point là afin de me sentir que c'est bel et bien une réalité et non pas de la compassion ou de la consolation. Autre chose s'il vous plait, afin d'en finir avec le questionnement parfois frustrant ou déchirant, serait t-il préférable de s'éloigner de ce sujet ou d'en chercher davantage ? Quels conseils me proposiez-vous pour m'en dépasser et m'accepter comme étant "BI" sans pour autant avoir des angoisses sur l'avenir et le sexe ou le fait de ne pas réussir son mariage ?  Je vous en remercie encore une fois, Cordialement. Adam