Vie lesbienne


Je m’avoue être lesbienne et la suite m’effraie !

Bonjour,  Ce message est un petit appel à l'aide et aux conseils. J'ai besoin d'en parler, j'ai un peu besoin de savoir quoi faire pour avancer vers une acceptation et une vie plus épanouie. J'ai 26 ans et depuis 2-3 mois je m'avoue intérieurement à moi même être lesbienne. Je n'ai jamais eu de chums et je suis même vierge... J'ai du embrasser 4 gars dans ma vie et j'ai été un peu plus loin avec 2 d'entres-eux.  J'ai réalisé depuis quelques années et plus sérieusement depuis quelques mois que les femmes m'attirent beaucoup plus que les hommes. J'apprécie la beauté d'un homme, mais le désir se déclenche lorsque je vois une belle femme. J'ai même réalisée qu'en regardant des films je m'imaginais embrasser la femme et non l'inverse.  Je le sais, je le sens, mais tout le reste m'effraie. Que Dois-je faire ensuite ... déjà que je n'ai pas d'expérience en général je me sens devant un grand vide effrayant.  J'aimerais avoir une première expérience avec une femme mais je me sens comme une jeune fille de 15 ans devant son premier french... et à l'habitude dans la vie je suis assée tête forte et je sais où je m'en vais... god c'est un sécurisant. Comment en parler, à qui en parler ? Comment accepter et vivre avec soi.   J'espère que vous saurez m'éclairer.  Merci.


Depuis que j’ai fait mon coming-out, certaines filles me testent ou essaient de me faire réagir… Que devrais-je faire?

Salut, il y a une fille que jai rencontré a l'école et on se parle de + en + depuis septembre mais il y a un problème. Elle dit a tout le monde ouvertement quelle est bisexuelle mais elle a jamais eu des expériences avec une fille (elle me la dit une fois) alors je sais aps si elle est vrmt bisexuelle. (jai fais mon coming-out l'année passé et il y a quelques filles qui ont commencer a me parler pour ça mais finalement cétait jamais sérieux). Elle fait expres pour me toucher les mains ou les bras dans les cours ou aux cases. Même une fois dans le vestiaire elle sest pas gêner pour enlever son top devant moi. On dirais quil y a des filles qui veulent juste essayer de voir si sa me fait qqch mais je sais quelles sont hétéro alors je sais pas comment réagir avec elle. ps petit détail jai jamais eu de blonde.




1

[:fr]Puis-je savoir si je suis lesbienne si je n’ai jamais eu de relation avec une fille?[:]

[:fr]Bonjour.Je me demande si je peux vraiment savoir si je suis lesbienne si je n'ai jamais eu de relation ni de rapport avec une fille .Tous mes fantasmes se dirigent uniquement vers les filles ,je rêve de fille la nuit ,j'adore être à cote d'une jolie fille à côte de moi et si elle mets sa main sur ma peau ou passe près de moi je ressent des frissons ,le coeur qui bas très fort ,je mate uniquement les filles ,j'aime enormement le corps feminin,j'adore leur compagnie et j'ai embrasser une fille un jour et c'etait une experience geniale et intense, pourtant parfois mais vraiment plus rarement je regarde les garçons mais le sexe d'un homme me degoute .Ma mère aussi ne pense pas que je sois lesbienne mais que je ressente juste de l'amitié mais je ne crois pas ressentir ça.Aussi ca ne fais que 1 ans que je ressent ça .Aussi je ne connais pas bien la communauté lesbienne et comme je ne suis pas du tout androgyne ni masculine j'ai peur de ne pas être accepter.Pouvez vous m'aider ? Merci à vous [:]


1

Je suis Algérienne, homosexuelle et amoureuse de mon amie…

Bonjour, j'éprouve pour une fille de mon âge des sentiments.J'ai 16ans et j'habite dans un pays où l'homosexualité et la bisexualité sont une honte,ma culture ne me permet donc pas d'apprendre à me connaître,ni de faire connaissance avec des personnes se trouvant dans la même situation que moi,car nous devons être discret.J'ai commencer à douter de mon hétérosexualité à 12ans,je suis tombé amoureuse de ma professeur d'anglais,cela a durer 1an et demi,je n'ai fait part de mes sentiments à personne.À 14ans mon attirance pour les personnes du même sexe s'intensifie et je suis d'ailleurs tomber amoureuse de trois filles. J'ai changer d'établissement scolaire et j'ai en fin d'année fait connaissance avec une fille,nous passions du temps ensemble,nous discutions assez souvent sur les réseaux sociaux.J'ai parfois l'impression que celle ci me drague,je suis folle amoureuse de cette fille comment faire pour savoir si cela est réciproque sachant qu'il est impossible de lui avouer mes sentiments?


Pourquoi les jeunes gais s’exilent-ils des régions?

Bonjour à tous, récemment, j'ai remarqué que certains jeunes gais s'exilaient de la région et ne revenaient pas. Je me demandais si vous n'auriez pas des solutions concrètes à part la création d'une association pour aider ces derniers à vivre pleinement leur homosexualité, car je suis conscient que ce n'est pas simple et qu'il existe encore des préjugés. (ex environs de 30 femmes dans l'association vs environ 18 hommes ) P.S Pardonnez-moi, mais je ne savais pas vraiment où placer ma question.



1

Amoureuse de ma pote

L'an dernier j'ai eu le coup de foudre pour une fille sans jamais l'avoir vu ou même parlé, je ne la connaissais que depuis 2 mois, lorsqu'en arrivant en 6ème on s'est retrouvé dans la même classe. Je n'ai jamais oser lui parler ou même l'approcher de peur de faire quelque chose qui ne lui plaise pas. Mais cette année, (je suis en 5è) on a pu se rapprocher grâce à une amitié en commun et aujourd'hui on est devenu super pote. Un jour après les cours j'ai pris mon courage à deux mains et je lui ai avoué mon orientation pour les filles alors que j'en suis moi-même une. Évidemment elle ne s'y attendais pas mais, à mon grand étonnement, elle m'a répondu qu'elle aussi, était comme ça. Donc j'ai pu lui avouer mon amour pour elle. Elle ne savait plus quoi dire mais m'a répondu que ça se voyait un peu ... (Je l'aime vraiment) 2 jours plus tard elle m'a dit qu'à moment elle m'aimé aussi (J'ai eu du mal à le croire !) mais une semaine plus tard elle voulait qu'on oublie ça, et comme je l'aime vraiment je n'ai pas eu le choix ..! Mais mes sentiments sont trop forts donc je lui ai tout avoué (comme quoi je l'aimerai pour toujours) et elle aussi m'aimé mais suite à une grosse embrouille (des trucs de gamins) on s'est un peu éloigné puis on s'est rapproché et elle voulait encore oublier, et je n'avais toujours pas le choix ..! Aujourd'hui elle est au courant que je l'aime et je sens que cela ne lui déplaît pas, limite le contraire, mais j'aimerai vraiment qu'elle me le dise car je n'en peux plus de ne pas savoir. J'aimerai avoir une idée car je suis perdue : un moment elle est jalouse que je traîne avec mes autres amies et puis quand je veux lui faire un calin ou que je fais attention a elle, elle me rejette un peu. Je pense que je l'attire mais je suis perdue. Comment lui faire comprendre sachant que je lui ai déjà parler 1 milliard de fois et qu'ellea un fort caractère (tout comme moi) ? Je vous remercie d'avance en espérant trouver une solution à toute cette situation, ma foie, plutôt complexe !


Je pensais être hétéro, mais elle a fait chavirer mon coeur!

J\'ai 27 ans et pensais être hétéro jusque ce jour ou je l\'ai rencontré, mais elle est en couple, en ménage avec une femme. Au début je n\'ai pas compris, et au bout de deux mois on parlait je lui confie qq chose et elle me répond choisit les filles chéries et la ce fut une revelation, je comprenais enfin pouquoi mon coeur palpite tant que on se voit etc. On se taquinait bcp par sms, puis je lui ai tout dit, ensuite on a commencé à se draguer etc. Cette femme est nombriliste, aime être flatté, avoir le dernier mot etc qu\'on la désire. Puis nous avons prévu de nous voir en tete à tête mais mme n\'avait pas le temps donc je suis allée chez elle. on s est embrassé plusieurs fois et elle m a dit que j embrassais comme sa copine. Elle n a pas voulu me dire pourquoi et c\'est ce qui a provoqué la dispute quelques jours plus tard. depuis c\'est différent j ai l impression qu\'elle a joué avec moi, mais de l autre elle dit elle meme se sentir bien avec moi. Je ne sais plus quoi faire, ne sais plus qui je suis. j\'ai eu un coup de foudre pour une femme et je la désire plus que tout


Me voici, sans masque, sans armure, je suis lesbienne, voici mon parcours…

J'ai terminé une relation dite "amoureuse" il y a quelques mois. Une moyenne de 1 mois ou 2 mois comme durée de chacune d'entre elles. N'ayant jamais développé des sentiments amoureux dans ces relations, une série de questions est survenue. Depuis quelques années, troisième secondaire, ces questions étaient déjà dans mes pensées, mais n'avaient malheureusement pas été résolues. À la suite de ma dernière relation, les choses se sont plus clarifiées, on dirait que je le savais déjà depuis longtemps mais je tentais de fuire, sûrement parce que la fuite est plus facile que l'affrontement. Comme si en fuyant, tout s'arrangeait, mais non, en réalité tout s'éloignait et tout s'embrouillait. Aujourd'hui j'ai décidé de ne plus me cacher et de m'accepter enfin à moi-même, je suis lesbienne. Ne l'acceptant pas auparavant et pas encore totalement. Au moins, cette découverte m'enlève un énorme poids sur les épaules, terminé de souffrir et d'emmener certains hommes dans cette souffrance, qui eux m'ont aussi fait souffrir à leur façon. Dans mes relations, je crois que je me donnais à chaque fois une chance, tout d'un coup que... mais non, ces choses-là ne se changent pas, elles sont en nous depuis notre naissance et sont découvertes un jour ou l'autre dans notre vie. À y penser je crois que c'est la peur qui me contrôlait involontairement: peur de ne pas être heureuse, peur de me faire juger, peur de ne pas mener une vie dite "normale", etc. Mais au fond ces peurs ne sont que des détails, car : - ma peur de ne pas être heureuse : je me créais ce malheur en étant dans une relation que je ne désirais pas - peur de me faire juger : quoi que tu fasses, peu importe qui tu es physiquement ou psychologiquement, même en te mettant un masque de la personne que tu crois parfaite, tu te feras toujours juger alors ausi bien te faire juger en étant toi-même, bien avec qui tu es et ce que tu es, le reste n'est pas ta responsabilité. Je crois qu'à partir du jour où tu t'es prouvé à toi-même qui tu es vraiment, tu ne dois plus rien à qui que ce soit. -peur de ne pas vivre une relation dite "normale": toute petite je rêvais du prince charmant, vous savez l'histoire: ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants.. Je rêvais de fonder une famille et d'avoir des enfants. Ceci me faisait énormément remettre en doute mon orientation sexuelle, mais je me rends compte qu'il y a d'autres moyens comme l'adoption et l'insémination artificielle. Concernant mes précédentes relations, c'était très difficile. Plus la relation avançait, plus je réalisais que j'avais ce fameux masque: la fille qui joue le rôle de paraître amoureuse mais qu'en fait, elle développait seulement une amitié. Il fallait que je me dise: allez, fais-lui un calin, embrasse-le ... sinon je ne le faisais pas parce qu'au fond de moi je n'y croyais pas et que je n'avais tout simplement pas ces sentiments. Je me disais aussi constamment: peut-être qu'au fil du temps les sentiments amoureux se développeront ... mais non, jamais! Mes copains trouvaient que je n'étais pas affectueuse, c'était réellement le cas dans ces relations puisque je n'avais pas de sentiments amoureux. Pour fuire et que la situation se passe mieux, je leur disais que je suis tout simplement indépendante. Mais en réalité ce n'est pas le cas, je suis affectueuse, mais il est difficile de démontrer des sentiments que l'on a pas. Concernant mon enfance, au primaire je n'étais vraiment pas féminine, linge très lousse, casquette à l'envers, mes récréations à courir, jouer au basket, au soccer, voire même me battre. La mère d'une de mes amies m'appelait même "le gars manqué" ou "tomboy". En y repenssant, j'avais une admiration et un attachement particulier envers mes proffesseures. De plus, lorsque je voyais certaines filles, je voulais être absolument son amie. Dans ce temps, je ne comprenais pas pourquoi. Durant toutes ces années, je n'avais aucune idée que j'étais lesbienne. Heureusement, car lorsqu'on est enfant, on peut tellement être méchant. J'aurais plus souffert je crois. Maintenant je souffre beaucoup, mais les personnes de mon âge ont acquises évidemment plus de maturité. À la suite de plusieurs prises de tête, remises en question, nuits écoutées ... je suis contente d'en savoir plus sur moi même si j'ai de la difficulté à le croire. C'était et c'est de très gros efforts psychologiquement, mais je suis contente de passer à travers. Je suis tout de même consciente qu'il y en aura de très gros encore. Je me souviens aussi qu'à chaque party de famille, il y avait toujours une tante ou un oncle qui demandait: Pis, as-tu un petit chum? C'était un incontournable! Cette question passait par mes cousines, ma soeur et ensuite à moi... à chaque fois il y avait un autre incontournable: un malaise fou s'emparait de moi! Ne sachant pas pourquoi ce malaise était aussi important puisque la réponse était toujours non et je n'avais donc pas une suite de questions. On dirait que je me sentais mal de ne pas avoir de chum ... mais au fond, il n'y avait rien de mal de ne pas en avoir un. Je sais qu'une fois avoir reconnu son orientation à soi-même, le plus difficile est de le faire connaître aux autres, surtout à ma famille dans mon cas. Mais ça, c'est une autre chose, le plus important pour moi est mon propre bonheur et mes propres expériences, le reste suivra lorsqu'il sera le temps pour moi. Jusqu'à présent, il n'y a que mon meilleur ami qui le sait, mais je n'ai pas eu la force de lui en parler en personne, cela suivra... Comment je l'ai su? À la force de me poser tant de questions, car je ne suis jamais tombée amoureuse. À regarder les gens dans la rue que je croise, me demander avec qui je me voyais. Un moment qui m'a fait tellement travailler dans cette série de questions, mon élément déclencheur: c'était une soirée où je sortais aller faire le party, j'avais bu de l'alcool et un ami avait mis au défi de s'embrasser ma meilleure amie et moi. Ayant de l'alcool dans le sang, on n'a même pas hésité! Lorsque l'on s'embrassait, j'ai eu une chaleur au coeur dont je suis incapable d'expliquer. Cette chaleur était si forte, je n'avais jamais ressentie cela auparavant. J'étais un peu traumatisée, me demandant ce qui ce passait. Chose certaine, c'est que j'avais apprécier ce baiser et que je désirais à tout prix recevoir une autre fois ce défi. Et c'est un an plus tard (il y a quelques mois) que j'ai réalisé que je suis amoureuse de ma meilleure amie, c'est difficile à gérer. Je me demandais si c'était une amitié tellement forte que je croyais que c'était de l'amour, seul le temps arrange les choses. Et avec le temps j'ai réalisé que je l'aime vraiment d'amour et ce, depuis plusieurs années. Il y a certains mots, gestes et paroles qui me laissent croire que j'ai des chances. Pour le moment je n'ose pas lui parler de tout cela, j'ai peur de créer un malaise et le plus dfficile pour moi serait de la perdre. Alors je me concentre sur moi, j'apprends à me connaître davantage et j'analyse subtilement les moments passés avec elle tout en les appréciant à leur juste valeur. J'espère que ce témoignage en aidera quelques uns et quelques unes! Je dois dire que je suis contente d'avoir partagé mon histoire avec vous, n'hésitez pas à laisser un commentaire! Merci