Dépression




Des désirs essentiellement sexuels me font questionner mon identité de genre

Bonjour, J’ai depuis l’adolescence des fantasmes travestis, plusieurs fois j’ai porté des vêtements de femmes et il m’est […]




Pensées sexuelles intrusives et insupportables

NOTE: Ce témoignage fait état d’une grande homophobie et nous tenons à déboulonner certains mythes qui s’y cachent […]




Je traverse une période difficile et j’ai peur d’être homosexuel

Bonjour, Je suis sur le site alter héro afin d’obtenir de l’aide, je pose régulièrement des questions car […]


Mes ruptures m’ont changé. Suis-je en dépression?

Bonjour, je fais suite à la réponse apporter à mon témoignage et je vous en remercie d'avance. Je n'ai jamais ressenti vraiment d'attirance pour un homme ni même de désir, hors mon cerveau me m'inonde de pensées qui me pousse à constamment vérifier si je suis sur de moi. Je ne sais pourquoi, cela est source actuellement d'anxiété en société, je me suis un peu coupé gens. Je dispose d'un désir débordant habituellement pour les femmes tout cela s'est déréglé après 2 ruptures consécutives sérieuses, là ou j'ai pris conscience ce que c'était de ne plus être un gamin peut être? du coup à l'heure actuelle, je vois une fille avec qui j'ai des relations sexuelles et cela me plait. Je n'irai pas plus loin car je n'ai pas plus d'affinités hormis le sexe. J'ai l'impression de retrouver le désir mais j'ai toujours ce poids au coeur qui m'angoisse, est ce la depression encore?? Je vie un peu dans le doute et j 'ai peur de l'avenir à tous les niveaux, que soit pro ou sentimental. merci bcp


1

Mon genre perdu

Voilà, il y a quelques mois j'ai commencé à m'identifier au genre masculin. Je ne comprends même pas pourquoi la société a inventé l’homme et la femme et pas l’humain tout simplement. Enfin pour venir à l’essentiel, cela faisait déjà un ou deux ans que je fondais dans la dépression de l’adolescence et j’écrivais à mes amis que tout aurait été plus facile si j’avais été un homme. Je ne sais même pas pourquoi, je ne me considérais pas comme un garçon. Mon confident m’avait demandé pourquoi, être un garçon ne résoudrait rien, ils peuvent aussi tomber en dépression, ils ont les même les problèmes. Je n’avais pas su quoi répondre. Puis j’ai commencé à chercher des indices dans le passé et figurez-vous que j’en ai trouvé. Je n’ai jamais pris goût au shopping et aux vêtements, mes parents choisissaient pour moi des vêtements à caractère féminin et je n’osais pas dire ‘’non’’ lorsqu’ils ne me plaisaient pas. Je jouais toujours les garçons lorsque je jouais aux barbies avec ma sœur ou aux Playmobils. Il y en a eu des dizaines et des dizaines. Seulement, on trouvait aussi des indices dans l’autre sens, je n’ai jamais été masculin et j’avais toujours voulu avoir mes règles et ma poitrine dut à une puberté retardée par rapport à mes fausses amies qui se moquaient de moi et faisaient presque un concours. Puis est venu le trouble, la recherche de moi-même que j’avais déjà expérimenté lors de la recherche de mon orientation sexuelle, deux choses complètement différentes. Je n’aime pas cette sensation de ne pas savoir qui je suis, je veux tout savoir, maintenant, tout-de-suite. Puis j’ai commencé à adopter le nom que j’utilisais pour mes barbies garçon pendant mon enfance et celui que j’étais sensé donné à mon futur fils. Mon meilleur ami, loin de moi, a commencé à m’appeler Gaspard, à utiliser des pronoms masculins pour me définir et je me suis créé un nouveau compte twitter en m’inscrivant comme un homme et en dupant tout le monde sur mon identité. Ça me plaisait, je ne ressemblais pas vraiment à un garçon, enfin sur certaines photos oui mais en réalité j’étais plus une fille coincée qui faisait 12 ans, qui avait fait coupé ses cheveux n’importe comment entre à la garçonne et féminine. Mais le fait que les gens me voient comme un garçon, me remplissait de plaisir. Je n’assumais pas. Puis il est venu la fois ou des gars impolis se demandaient à voix haute si j’étais un garçon ou une fille dans le bus et aussi quand une fille de ma classe m’a annoncé « ‘mon nom’ tu ressembles vraiment à un garçon ! Où sont tes seins ? » et malgré la circonstance un peu malsaine, cela m’a fait un très grand bien. Mais maintenant j’ai 16 ans et ce doute perpétuel est toujours très présent et très récent. J’ai peur parce que parfois je me surprends à me croire homme et parfois fille et je refuse catégoriquement à être agenre ou bigenre. Pas que je sois contre eux ou que je leur trouve quelque chose de mal, je suis le gars le plus tolérant qu’il existe. Mais je ne me vois pas vivre tel que. J’ai peur, très peur. J’ai peur de la réaction de ma famille, de mes sœurs, d’une perte de complicité déjà très faible. J’ai peur de vouloir détransissioner si je passe le cap. J’ai peur de ne pas me plaire dans un corps de garçon, des effets définitifs et irréversibles. J’ai peur d’aller dans le rayon homme dans les magasins. J’ai peur que ce soit un fantasme, en fait j’ai envie d’avoir un torse de garçon mais le sexe me « branche » moins. J’ai peur de ne jamais être en couple. J’ai peur, tout simplement. Je suis perdu (je n’ai pas toujours écrit au masculin, il m’a fallu du temps) et je compte sur vous pour m’éclairer un peu plus. D’ailleurs une de mes amis vient de découvrir mon prénom masculin et je redoute le pire. Merci d’avance, Gaspard.